Le bisphénol A toxique même à faible dose




Biberon sans BPA de chez ©Avent

Le bisphénol A (ou BPA) est une substance chimique que l’on retrouve partout ou presque. Dans la plupart des plastiques alimentaires, dans le petit électro-ménager de cuisine, les récipients pour micro-onde, les bouteilles d’eau réutilisables, le revêtement des boîtes de conserve, les cannettes de boissons, les jouets et les articles de puériculture, les tickets de caisse…

Plus récemment une étude de l’InVS (institut de veille sanitaire) a révélé que des concentrations importantes de BPA et de phtalates avaient également été retrouvées dans l’organisme de femmes ayant accouché par césarienne ou aux forceps. En cause le matériel utilisé lors de ces interventions et principalement les cathéters.

Aujourd’hui, à l’occasion de travaux d’évaluation des risques liés au bisphénol A, l’ANSES révèle ou plutôt confirme via la publication de deux rapports l’existence de risques sanitaires liés au bisphénol A, y compris à faible dose.

Dans le premier d’entre-eux, celui relatif aux effets sanitaires du BPA, l’Anses a conclu à l’existence d’effets avérés chez l’animal (effets sur la reproduction, effets sur la glande mammaire, effets sur le métabolisme, le cerveau et le comportement) et d’autres, suspectés chez l’homme (effets sur la reproduction et sur le métabolisme des sucres et des graisses, pathologies cardiovasculaires).

Parce qu’il est prioritaire de protéger les populations les plus sensibles  (nourrissons,  jeunes enfants,  femmes enceintes et allaitantes) l’ANSES préconise le  remplacement rapide du BPA par des “substances ou technologies alternatives dont l’innocuité est démontrée”.