Cancer du sein : l’hypnose chirurgicale pour éviter l’anesthésie générale



LE SAVIEZ-VOUS ? A l’Institut Curie, plus de 70 interventions de chirurgie du cancer du sein ont déjà été pratiquées sous hypno-sédation, en clair sous hypnose. Elles concernent majoritairement des tumorectomies du sein, des prélèvements de ganglions sentinelles et des curages axillaires, ainsi que des mastectomies.

Il s’agit d’une alternative à l’anesthésie générale, qui rencontre une adhésion de plus en plus forte chez les médecins et les patients, pour le confort et le faible retentissement qu’elle représente.

©Institut Curie

©Institut Curie

L’hypnosédation en chirurgie combine l’induction d’un état d’hypnose chez le patient, à l’administration d’une sédation antalgique (un calmant) et l’injection d’un anesthésique local sur la zone à opérer. majoritairement des tumorectomies du sein, des prélèvements de ganglions sentinelles et des curages axillaires, ainsi que des mastectomies.

L’hypnose est réalisée au bloc opératoire par un médecin ou une infirmière anesthésistes formés.

Concrètement, au bloc, la patiente va bénéficier :

  • d’une anesthésie locale du site opératoire (lidocaïne par exemple),
  • d’une sédation par intraveineuse contenant un analgésique de courte durée d’action (rémifentanil) préservant la conscience.
  • d’une mobilisation de la conscience par l’hypnose.

L’hypnose permet de diminuer :

  • l’inconfort psychologique de la patiente en « captant » sa conscience,
  • le message douloureux provenant d’une terminaison nerveuse en empêchant toutes les zones du cerveau d’être activées par la douleur.

Attention toutefois puisque l’hypnosédation ne peut être pratiquée que pour des interventions sur les organes situés assez près de la peau, où une analgésie est suffisante (on ne peut réaliser des chirurgies profondes), et n’est pas possible chez les personnes malentendantes.

Cette technique est particulièrement adaptée pour les patients fragiles, très âgés ou présentant des comorbidités importantes qu’une anesthésie générale pourrait déstabiliser. Elle permet également d’éviter les désagréments du réveil tels que les nausées et les vomissements liés à l’anesthésie générale.

Et puisqu’on évoque l’hypno-sédation, notez que l’émission « In vivo l’intégrale » diffusée ce dimanche 8 février sur France 5 sera intitulée « Cancer : des armes contre la douleur » et reviendra justement sur cette technique.

Présentation de l’émission :  Qu’elles soient dues aux métastases, aux interventions chirurgicales ou aux effets secondaires des traitements, les douleurs liées au cancer sont multiples et complexes. Les soulager nécessite coopération et compétences de plusieurs services : cancérologie, unité mobile d’accompagnement et de soins palliatifs et réseaux de soins continus à domicile. Les équipes d’In vivo sont allées à la rencontre des équipes de l’Hôpital Beaujon pour qui lutter contre la douleur est une préoccupation majeure. Hypnose, réflexothérapie, massage, dosage des médicaments, et surtout une écoute, un accompagnement attentif apportent  soulagement et réconfort aux malades et à leurs proches, avec beaucoup d’humanité.