Les cabines UV sont interdites en Australie !



Photo :Janneman (GNU FDL)

En Australie, pays dans lequel on diagnostique 11 000 mélanomes chaque année, les autorités ont pris une mesure radicale qui concerne tous les états à l’exception de l’Australie-Occidentale et la Tasmanie : l’interdiction pure et simple  des cabines de bronzage !

Une interdiction qui fait suite au combat d’une jeune femme de 25 ans qui, après avoir largement abusé d’un cancer de la peau après avoir abusé de ce bronzage artificiel, est décédée des suites d’un cancer de la peau.

En France le Syndicat National des Dermatologues Vénéréologues  a récemment tiré la sonnette d’alarme plaidant en faveur de mesures similaires.

Et de préciser que si les UV artificiels provoquent moins de coups de soleil que les UVB, ils ne sont pas inoffensifs pour autant et peuvent provoquer des dégâts en profondeur dans la peau. Ainsi les UVA sont impliqués dans la survenue du mélanome malin, mais aussi, comme les UVB, dans le vieillissement cutané et dans des dommages au système immunitaire de la peau.

Notre très sérieuse Académie de Médecine a également plusieurs fois plaidé pour l’interdiction des salons de bronzage mais sans plus de succès, les autorités françaises s’étant contentées de durcir la législation actuelle.

Une récente étude, publié en 2012, a révélé une explosion du nombre de cas essentiellement chez les femmes avec une incidence multipliée par 8 depuis les années 70. Une évolution qui, selon les auteurs de cette étude américaine, est bien liée à l’utilisation des cabines de bronzage.

L’occasion de vous rappeler qu’avec près de 10 000 nouveaux cas/an, le mélanome cutané est particulièrement dangereux puisqu’on estime en France le nombre de décès imputables à ce cancer à 1620 (source INCa). Le seul traitement efficace consiste en l’ablation de la tumeur débutante. Pour permettre une prise en charge efficace et favoriser les chances de guérison, le mélanome doit être détecté dès le début de son évolution.

C’est pourquoi le Syndicat National des Dermatologues Vénéréologues  rappelle qu’il faut consulter un dermatologue dès que vous avez un doute sur une lésion anormale apparue sur votre peau. Il pourrait s’agir d’une lésion pré-cancéreuse ou d’un véritable cancer.

Si des démangeaisons importantes surviennent lors d’expositions solaires, il peut s’agir d’une allergie. Le dermatologue peut soigner et guérir les mauvais effets du soleil (allergie, vieillissement , cancer…).