Les mutuelles réclament une baisse des taxes



De plus en plus de français renoncent aux soins faute de moyens financiers. Cela se traduit aussi par des français qui n’ont plus les moyens d’avoir une complémentaire santé.

Face à ce constat alarmant, Etienne Caniard, président de la Mutualité Française, a tenu hier une conférence de presse afin d’alerter le gouvernement sur la dégradation de l’accès aux soins des Français. Afin de le préserver, la Mutualité demande notamment une baisse des taxes qui pèsent sur les contrats santé et la généralisation du système de tiers payant que les mutuelles ont déjà mis en place ;

A propos de la baisse des taxes telle qu’elle est proposée, Etienne Caniard a fait remarquer que l’accès à la complémentaire santé avait reculé pour la première fois : 3,3 millions de personnes en étaient ainsi privées en 2012, soit 500.000 de plus qu’en 2010.

« C’est un chiffre qui devrait alarmer nos gouvernants quand on sait que le renoncement aux soins est deux fois plus important pour les personnes ne bénéficiant pas d’une complémentaire ! » s’est alerté Etienne Caniard.

Un recul qui intervient à un moment où les taxes pesant sur les complémentaires santé sont passées de 1,75% en 2005 à 13,27% en 2012 (voire 20,27% pour les contrats non responsables).

« C’est excessif (…) Ces taxes ont un impact direct sur le coût des complémentaires santé et donc sur le pouvoir d’achat des Français ». a t-il déploré.

La Mutualité propose ainsi de faire passer la taxe sur les contrats solidaires et responsables de 7 à 5%, dans un premier temps.

En ce qui concerne la généralisation du tiers-payant, il a indiqué qu’elle pourrait éviter aux patients d’avancer 11,2 milliards d’euros de frais de soins par an (soit 4,4 milliards d’euros supplémentaires).

« Le tiers payant est un outil efficace permettant de faciliter l’accès aux soins », estime Etienne Caniard. « C’est pourquoi nous sommes favorables à sa généralisation, prévue dans le projet de loi santé ».

Seul bémol la mise en œuvre de cette généralisation. « La Mutualité, en étroite collaboration avec les autres familles de complémentaires, est en mesure de garantir, dès 2017, la mise en place d’une solution technique simple et efficace tant pour les professionnels de santé que pour les patients ». Dans cette perspective, Etienne Caniard a rappelé que les mutuelles ne se laisseront pas imposer un autre système de tiers payant, totalement entre les mains de l’Assurance maladie et qui ne respecterait pas la réalité de l’existence de deux financeurs, fragilisant ainsi le service rendu aux patients et aux professionnels de santé.