Activité libérale à l’hôpital : les abus persistent



©Girod medical

©Girod medical

Il y a deux ans maintenant l’association « 60 Millions de consommateurs » avait tenu à dénoncer l’attitude de certains médecins qui, autorisés à exercer 1 jour par semaine une activité libérale dans un hôpital public, profitaient de la situation pour imposer des tarifs largement supérieurs à ceux pratiqués dans le privé.

« Les dépassements d’honoraires sont indécents à l’hôpital public » clamait alors l’association après plus d’un an d’une enquête menée en partenariat avec la société Santéclair. Deux ans plus tard, rien n’a changé ou presque !

En effet et selon de nouvelles données publiées par le site d’information santé « 66 Millions d’impatients » force est de constater que ces pratiques perdurent.

Il en ressort que si ces dépassements sont en légère baisse avec des montants moins élevés, ils sont facturés plus fréquemment. Au final et si les médecins ne sont pas si nombreux que ça à effectuer des dépassements d’honoraires, ceux qui le font n’y vont généralement pas de main morte ! En 2013, le dépassement moyen par praticien concerné s’est ainsi élevé à 33 000 €, selon les données de l’Institut des données de santé.

« L’activité libérale se concentre surtout sur les disciplines chirurgicales et l’obstétrique, la cardiologie et la radiologie (…) le plus souvent il s’agit souvent de praticiens dont la notoriété est forte et dont l’activité libérale la plus importante se concentre sur la fin de carrière. » , peut-on lire dans le “rapport Laurent” remis en mars 2013 à la ministre de la santé Marisol Touraine.

En guise de conclusion sachez que parmi les médecins autorisés à exercer en libéral à l’hôpital, les chirurgiens, toutes catégories confondues (neurochirurgie, orthopédie, chirurgie vasculaire ou viscérale, etc.), concentrent près de la moitié des dépassements.

Et si les ophtalmologues sont beaucoup moins nombreux, ils sont aussi ceux qui ont la main plus lourde. L’année dernière, ils ont perçu en moyenne près de 55 000 € au-delà du tarif de la Sécu contre « seulement » 15 000 € pour les gastroentérologues…