La résistance aux antibiotiques tue !



Au début de cet été 2013, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) s’inquiétait à juste titre de la reprise de la consommation d’antibiotiques en France.

Si la consommation a bien baissé au cours des 10 dernières années, la tendance est repartie à la hausse depuis 2006 plaçant encore et toujours la France à un niveau de consommation nettement supérieur à la moyenne européenne (+30%).

Aujourd’hui une étude américaine publiée par les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) finira peut-être de convaincre de la nécessité absolue de réduire enfin la consommation d’antibiotiques.

En France, et selon les chiffres de l’InVS, les 3/4 de ceux qui sont prescrits par les médecins sont destinés à soigner des angines, otites, sinusites ou encore des bronchites mais aussi de nombreuses affections courantes pour lesquelles l’antibiotique est loin d’être utile (1 cas sur 4).

Pour en revenir à cette étude américaine, elle révèle que les résistances aux antibiotiques tuent chaque année plusieurs milliers d’américains.

Avant d’en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont étudié les dossiers médicaux de patients hospitalisés suite à une infection par l’un des 18 microbes les plus communs, microbes qui ont été classés en trois groupes selon leur degré de risque: urgent, préoccupant et important.

Puis ils ont pris en compte différents critères comme l’impact économique, la fréquence, les antibiotiques disponibles..

C’est ainsi qu’ils ont estimé que le « Clostridium difficile » entraînait 250 000 hospitalisations par an et provoquait 14 000 décès.

Le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline) entrainerait quant à lui 11.000 décès annuels.

Rappelant que dans plus de la moitié des cas les antibiotiques ne sont pas nécessaires, les chercheurs des CDC en appellent donc à une véritable prise de conscience pour réduire cette consommation trop excessive.

Et de rappeler que quelques gestes simples permettent (se laver les mains, nettoyer les aliments avant préparation…) permettent bien souvent d’éviter la propagation des virus.