Nouvelle avancée dans la fabrication d’une peau électronique



« Nouvelle avancée dans la fabrication d’une peau électronique » par le Docteur Erard de Hemricourt. Les prothèses actuelles placées chez les patients amputés sont de plus en plus complexes et perfectionnées. Nous avions déjà eu l’occasion d’évoquer ces nouveaux membres artificiels qui peuvent désormais être placés sous la commande directe du cerveau (via les terminaisons nerveuses des muscles pectoraux en particulier).

Cependant, malgré le perfectionnement constant des commandes mécaniques des nouvelles prothèses bioniques, les patients se plaignent toujours de l’absence de perception réelle des différentes sensations autorisées par une peau réelle comme l’impression du vrai toucher, la sensation du chaud et du froid, etc.

Il se peut que cela relève du passé en raison des progrès annoncés par une équipe de chercheurs israéliens qui est parvenue à créer un nouveau type de capteur, beaucoup plus sensible, directement implantable au sein des peaux artificielles et permettant de créer une nouvelle peau électronique à l’image de son pendant naturel.

Pour ce faire, les chercheurs de l’Université de Technologie Technion ont développé un nouveau capteur flexible composé de monocouches de nanoparticules d’or étalées sur une épaisseur de quelques nanomètres, entourées de ‘ligands’ organiques (Tunable Touch Sensor and Combined Sensing Platform: Toward Nanoparticle-based Electronic Skin. Meital Segev-Bar et al. ACS Appl. Mater. Interfaces, 2013, 5 (12), pp 5531–5541).

Les chercheurs se sont rendu compte que, lorsque ces nanoparticules d’or sont déposées sur une sorte de plastique appelé ‘polytéréphtalate d’éthylène’ ou plus simplement PET (le même plastique que celui trouvé au fond des cannettes de boissons), le composé final parvient à conduire le courant électrique de manière différente en fonction des pressions exercées.

Des pressions différentes exercées sur le composé final produiront ainsi d’infimes variations de courant électrique. Ces variations, les chercheurs l’espèrent, pourront être converties à leur tour en impulsions électriques au sein des terminaisons nerveuses des patients amputés.

Quoi qu’il en soit, ce nouveau composé permettra d’atteindre une sensibilité au toucher dix fois supérieure à celle présente actuellement au sein des peaux artificielles de type électronique. Selon le Dr Haick, l’un des auteurs de l’étude : « le composé actuel permet non seulement de percevoir les différences de toucher mais également la sensation d’humidité et de température. Le problème pour les chercheurs était de trouver le bon capteur permettant une perception optimale avec une très faible consommation de courant. De plus, il faut que ces composés, une fois découverts, puissent être fabriqués rapidement, facilement et à faible coût ».

Comme toujours dans ce genre de recherche, on se trouve au tout début d’une nouvelle épopée qui devra encore attendre plusieurs années avant de pouvoir mener à la fabrication de réelles prothèses se rapprochant au maximum de nos membres naturels.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2013 – Tous droits réservés
Suivez-moi sur www.medfut.org, la médecine du futur, le futur de la médecine