Médicaments en ligne : l’arrêté publié au journal officiel



© Fotolia

© Fotolia


C’est fait ! L’arrêté autorisant la vente de médicaments en ligne a été publié ce dimanche 23 juin au journal officiel.

Il fait suite à une promesse de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, et entrera en vigueur le 12 juillet prochain.

Au total ce sont 4 000 médicaments sans ordonnance qui seront désormais accessibles en ligne. Pas question pour autant de laisser faire tout et n’importe quoi puisque seuls « les sites adossés à des pharmacies physiques auront le droit de vendre des médicaments » sur internet précise les Echos et uniquement après avoir reçu l’autorisation de l’Agence régionale de Santé.

Les officines autorisées devront respecter un certain nombre de règles, les médicaments devant être présentés « de façon objective, claire et non trompeuse » précise l’arrêté.

C’est ainsi que devront obligatoirement  figurer sur la présentation du médicament

– la dénomination de fantaisie du médicament et sa dénomination commune ;
– la ou les indications thérapeutiques de l’autorisation de mise sur le marché ;
– la forme galénique et le nombre d’unités de prise ;
– le prix ;
– une mention spéciale indiquant que les informations relatives aux précautions d’emploi (interactions médicamenteuses, contre-indications, mises en garde spéciales, effets indésirables…) ainsi que la posologiesont détaillées par la notice du médicament. La notice est disponible en format PDF et imprimable ;
– un lien hypertexte vers le RCP du médicament disponible sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ou, le cas échéant, sur le site de l’Agence européenne dumédicament ;
– les photos du conditionnement, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle. Les photos doivent représenter le médicament tel qu’il est proposé à la vente en officine. Toutes les photos doivent être de la même taille et présenter le médicament de manière claire et non ambiguë.

Quant aux prix des médicaments, ils devront être présentés de manière claire, lisible et non ambiguë pour le patient.

Pour ce qui est de la publicité des médicaments, elle devra se faire de façon objective et favoriser son bon usage. Les éventuelles promotions devront respecter les règles déontologiques auxquelles sont habituellement soumis les pharmaciens.