Les médicaments sans ordonnance autorisés en ligne



© Fotolia

© Fotolia

Juste avant les fêtes de Noël, Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, autorisait les pharmaciens à vendre certains médicaments en ligne.

Ainsi une ordonnance parue au journal officiel autorisait les pharmaciens « ayant obtenu une licence pour créer une officine de pharmacie physique » à vendre les médicaments en libre accès… sous réserve bien sûr que cette activité soit exercée «en conformité avec les dispositions du code de déontologie et avec les bonnes pratiques de dispensation par internet».

Etaient toutefois exclus de la vente en ligne les médicaments de type « OTC », médicaments de médication officinale qui peuvent être présentés en accès direct au public en officine.

Une deuxième disposition soumettait à autorisation du directeur général de l’agence régionale de santé territorialement compétente la création d’un site internet de commerce électronique de médicaments par une officine de pharmacie.

Plus tôt cette semaine le Conseil d’Etat a levé ces restrictions ouvrant ainsi le commerce en ligne à tous les médicaments délivrés sans ordonnance. Ce sont ainsi 10 000 médicaments qui seront autorisés à la vente sur la toile.

A la fin du mois de novembre, la pharmacie de la Grâce de Dieu de Caen  faisait polémique après avoir décidé de vendre certains médicaments en ligne.Philippe Lailler, le responsable de cette officine, s’était alors défendu d’agir dans l’illégalité rappelant qu’il n’existait aucune réglementation sur ce sujet en France.

C’est lui qui avait demandé au juge des référés du Conseil d’État de suspendre l’exécution des dispositions de l’ordonnance du 19 décembre 2012 qui avaient créé ces  restrictions.