Salle de shoot – Et pourquoi pas des salles de viol/vol ?



Dans le courant du mois d’octobre dernier, la nouvelle Ministre de la Santé Marisol Touraine formulait le souhait d’une expérimentation de « centres d’injections supervisés » appelées aussi « salles de shooting ». Hier Matignon a donné son feu vert pour qu’une salle de ce type soit expérimentée sur Paris.

Le gouvernement Fillon lui s’y était opposé alors même que Roselyne Bachelot se disait prête à tenter l’expérience. Dans le courant du mois d’Août 2010, François Fillon désavouait ainsi sa Ministre en déclarant « Ses salles ne sont « ni utiles, ni souhaitables » (…) la priorité de Matignon est de réduire la consommation de drogues, non de l’accompagner, voire de l’organiser ».

La décision prise hier par le gouvernement change donc la donne et a provoqué bien sûr de nombreuses réactions. Parmi elles, celle du député Front National, Gilbert Collard.

Invité de Canal +, il n’a pas manqué d’ironiser sur cette décision en déclarant « On n’a qu’à répertorier tous les actes de délinquance auxquels on n’arrive pas à trouver de solution et puis on fait des salles de viol, des salles de crime, des salles de vol (…) Comme ça, on saura où il faut mettre les viols, les vols et les crimes. »

Une petite phrase qui ne manquera de faire réagir à droite comme à gauche…

Il y a quelques mois déjà l’Inserm rappelait que ces structures d’accueil existaient déjà dans 8 pays Européens et qu’elles permettaient aux toxicomanes de s’administrer leur drogue « de façon plus sûre et plus hygiénique, sous la supervision d’un personnel qualifié ».