Une saisie record de faux médicaments en Afrique



Crédit : Fotolia

Le trafic de faux médicaments est un véritable fléau mondial contre lequel les autorités sanitaires de chaque pays tentent de lutter. Un marché en pleine expansion qui, selon plusieurs études récentes, représente plusieurs milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Aujourd’hui l’Organisation mondiale des douanes (OMD) indique avoir lancé un véritable opération «coup de poing» de lutte contre cette fraude massive.

Menée dans 16 pays africains, elle a permis de saisir plus de 82 millions de doses de médicaments illicites parmi lesquels des antipaludéens, des antiparasitaires, des antibiotiques, des sirops antitussif ou encore des contraceptifs et des traitements contre la stérilité.

Des résultats qualifiés d’alarmants par l’OMD qui rappellent malheureusement tout l’ampleur du trafic de médicaments en Afrique et du danger qu’il fait peser sur la santé des consommateurs africains.

Mais ce qu’il y a de plus inquiétant encore c’est que ces copies de médicaments étaient indécelables à l’œil nu.

L’Angola, le Togo, le Cameroun et le Ghana ont été les pays où les saisies les plus importances ont été réalisées. La vaste majorité des cargaisons saisies provenait d’Asie de l’Est et du Sud ainsi que du Moyen Orient.

En Afrique comme ailleurs rappelons que ces médicaments sont dangereux pour la santé car ils n’offrent aucune garantie sérieuse sur l’origine réelle du médicament, sur son efficacité pour le traitement de la pathologie qu’il est supposé soigner, sur ses conditions de conservation durant son transport, sur la sécurité du produit, sur la qualité des matières premières utilisées, sur la présence et les quantités des substances actives, ou encore sur l’absence de substances toxiques.

Cette opération baptisée VICE GRIPS a été organisée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD) en partenariat avec l’Institut de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) en collaboration avec seize administrations douanières du continent africain.