Dépassements d’honoraires : MG France signe aussi



Après la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), c’est au tour du syndicat MG France, premier syndicat de médecins généralistes, de faire part de sa position sur le fameux avenant n° 8 relatif aux dépassements d’honoraires.

Voici le communiqué de MG France à ce sujet.

MG France vient de soumettre à ses instances l’avenant issu de la négociation conventionnelle sur « les dépassements d’honoraires » et la revalorisation de l’exercice des médecins secteur 1. MG France avait refusé la première version du 18 octobre car elle ne lui paraissait pas répondre au problème posé concernant les dépassements, et ne contenait aucune mesure structurelle favorable aux médecins généralistes. La nouvelle négociation demandée par la Ministre de la santé, a permis à MG France d’obtenir des moyens pour reconnaître le travail fait et non rémunéré des Généralistes, en dehors de la présence de leurs patients : coordination, synthèse, organisation du parcours de santé.

L’outil de cette rémunération est le forfait médecin traitant, qui est créé, avec un niveau de départ modeste, mais avec l’engagement de le valoriser dans les mois et années à venir. C’est une étape novatrice très importante, et qui ne pèsera pas sur les finances des patients.

En ce qui concerne les dépassements, il reste du chemin à faire pour garantir au patient un parcours de santé à tarif remboursé. Cela reste un objectif prioritaire pour MG France. Par ailleurs, le seuil de l’abus fixé à 2,5 fois le tarif remboursable est un niveau qui doit être rapidement baissé.

Pour autant, Marisol TOURAINE et le gouvernement ont lancé ce nécessaire et difficile chantier : pour la première fois est écrit dans un texte conventionnel que « les dépassements freinent l’accès aux soins ».
L’histoire retiendra aussi que les régimes complémentaires ont décidé de ne plus participer à un accroissement de la solvabilisation des dépassements, qui augmentait peu à peu le reste à charge des patients. Au contraire ils souhaitent s’engager en faveur des tarifs du secteur 1, notamment ceux des généralistes. MG France salue ce virage historique qui rompt avec la logique du secteur 2.

La conclusion de cet avenant ne clôt pas la nécessaire lutte des médecins généralistes pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de l’accès aux soins. Cette première étape devra être amplifiée dans la négociation sur l’organisation des soins primaires qui va s’ouvrir.

MG France y participera activement.