Une mauvaise prise en charge de l’autisme en France ?



Alors que l’autisme a été déclarée grande cause nationale en 2012, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dénonce la mauvaise prise en charge de l’autisme dans notre pays.

C’est l’Assemblée nationale qui a demandé au Conseil économique, social et environnemental de l’éclairer sur un sujet aussi complexe que le coût économique et social de l’autisme en France.

De cet avis, rendu public hier mardi 9 octobre 2012, il ressort notamment que l’autisme est mal pris en charge dans notre pays. En cause notamment un manque de places mais aussi de personnels formés.

C’est pourquoi le CESE préconise 52 mesures concrètes dont l’objectif est d’améliorer l’accompagnement des personnes autistes et de leurs familles, pour adapter les financements et redéployer les crédits.

« Notre objectif est bien au final de proposer des politiques qui permettent de faire sortir cette problématique majeure de l’enlisement duquel elle ne parvient pas à s’extraire depuis que l’autisme a été reconnu comme handicap en France » a indiqué Christel Prado en présentant les conclusions du CESE.

« 2,5 millions d’euros par an ont été consacrés à la recherche lors du 2ème plan autisme, ce qui peut paraître moindre par rapport à d’autres pathologies, alors même qu’on compte entre 250 000 et 600 000 personnes autistes en France » a notamment commenté Christel Prado.

Améliorer le repérage, mettre en place une meilleure formation des personnels, réduire le temps consacré à l’élaboration d’un diagnostic, coordonner les parcours, faciliter la vie des familles, répondre aux besoins spécifiques des personnes avec autisme, organiser et financer la recherche et ses programmes à la hauteur des enjeux… sont quelque-uns des objectifs qu’il est nécessaire d’atteindre pour améliorer la situation actuelle.

L’avis complet  du Conseil économique, social et environnemental est à découvrir en cliquant ici (document en version PDF)