Bisphénol A : le cri d’alarme du RES



Structure du BPA ©Edgar181 (DP)

Alors c’est aujourd’hui que les sénateurs se penchent sur la question du Bisphénol A (BPA) dans les contenants alimentaires, le Réseau Environnement Santé (RES) lance un appel aux sénateurs afin qu’ils ne suivent pas la récente recommandation de la Commission des Affaires sociales.

Le 3 octobre dernier, cette dernière proposait de repousser l’échéance de la loi interdisant le Bisphénol A dans les contenants alimentaires à 2015, au lieu de 2014.

Pour le RES, comme pour les autres associations de protection de l’environnement et de la santé environnementale, il s’agit d’une décision absurde et d’un amendent incohérent.

Dans un communiqué de presse, les responsables du Réseau disent de ne pas comprendre pourquoi d’un côté on conserve l’échéance de 2013 pour les produits destinés aux moins de trois ans alors que de l’autre on repousse l’échéance générale à 2015.

Les femmes enceintes et les fœtus continueront donc d’y être exposés s’interroge le RES ? Et de rappeler que les expositions in utero sont celles dont les conséquences sur la santé sont les plus redoutées.

Pour le Réseau Environnement Santé, il  est donc essentiel de protéger la période prénatale, extrêmement vulnérable et d agir d’urgence sur la contamination des parents.

« Une année de perdue, c’est 830 000 enfants de plus qui seront exposés dans le ventre maternel » ! Alors pourquoi le marché serait prêt à relever la 1ère échéance d’ici 3 mois et pas la seconde dans 15 mois.