Réduction importante de la mortalité due au cancer d’ici 2030



Crédit : National Institutes of Health

« Réduction importante de la mortalité due au cancer d’ici 2030 » par le Docteur Erard de Hemricourt. Dans le domaine des bonnes nouvelles médicales, en voilà une qui ne devrait pas laisser indifférent. Après un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé qui attirait l’attention sur l’augmentation globale du taux de cancer – 50 % de nouveaux cas entre 2000 et 2020 – avec un chiffre mondial annuel approchant les 15 millions, c’est au tour des spécialistes anglais de rassurer avec une nouvelle étude publiée cette semaine dans le ‘Cancer Research UK’ (Cancer death rates set to drop 17 per cent by 2030).

D’après les dernières estimations et calculs des spécialistes, le taux de mortalité due au cancer devrait diminuer globalement de 17 % en Angleterre vers 2030. Cette tendance semble déjà amorcée puisque les chiffres de 2012 montrent déjà une légère décroissance par rapport à ceux récoltés les années précédentes.

Et parmi les cancers qui verront leur taux de mortalité décroître le plus, citons le cancer de l’ovaire (- 42,6 %), le cancer du sein (- 28 % chez la femme), le cancer colorectal (- 23 %) ainsi que le cancer de la prostate (- 16 %).

Malheureusement, d’autres cancers prendront un chemin inverse avec une augmentation de la mortalité et cela, plus particulièrement pour les cancers de la cavité buccale (+ 22%) et les cancers hépatiques (+ 39%).

Selon le Professeur Sasieni, l’un des épidémiologistes du Cancer Research UK travaillant au Queen Mary à Londres : « nos dernières prévisions montrent que, pour la plupart des cancers, et tenant compte de l’âge des individus, le taux de mortalité diminuera de manière dramatique durant les prochaines décennies ».

Cette tendance à la baisse s’explique non seulement par des mesures de prévention (meilleur comportement, habitudes alimentaires, tabagisme, etc.) mais également par des techniques de dépistage améliorées et surtout de nouveaux traitements de plus en plus adaptés et beaucoup plus spécifiques sur le plan moléculaire.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2012 – Tous droits réservés
Suivez-moi sur www.medfut.org, la médecine du futur, le futur de la médecine