95% des citadins européens respirent un air pollué



Photo : Dr. Edwin P. Ewing, Jr. – DR

La pollution tue dans les grandes villes…. une enquête européenne qui n’épargne pas la France l’a récemment démontré. Mais tous les citadins européens sont-ils vraiment concernés ? Oui ou presque à en croire les conclusions du rapport de l’Agence européenne pour l’Environnement publié en début de semaine.

Ainsi, et selon ce rapport, jusqu’à 95% des citadins européens respirent un air trop pollué, les concentrations de particules dépassant les valeurs de référence fixées pour la protection de la santé humaine.

Et si d’autres sources de pollution atmosphérique existent et « empoisonnent » notre quotidien (ozone, dioxyde d’azote, benzo(a)pyrène, dioxyde de soufre et monoxyde de carbone) il faut savoir  que les particules (PM) constituent le risque sanitaire le plus grave lié à la pollution atmosphérique dans l’UE

Emises par la circulation automobile (véhicules diesel), le chauffage au bois, les usines ou les centrales électriques fonctionnant au charbon, elles entraînent une mortalité prématurée et peuvent être responsables d’un risque accru de maladies cardiovasculaires, de troubles respiratoires, de cancer du poumon, de difficultés respiratoires et d’autres maladies.

Si pour Mme Jacqueline McGlade, directeur exécutif de l’AEE, la politique de l’Union européenne a permis de réduire les émissions de nombreux polluants au cours de la dernière décennie, il faut aller encore plus loin et ne pas hésiter à réexaminer l’actuelle législation en matière de qualité de l’air