Maïs OGM NK 603 : l’Anses est saisie



© Fotolia / Yasonya

Comme vous l’avez peut-être appris, une étude menée par des chercheurs français met en  cause l’innocuité à long terme du maïs transgénique NK 603 sur les rats. Cette étude qui fait beaucoup de bruit suggère que la consommation de ce maïs provoque des effets dommageables pour la santé (tumeurs mammaires, troubles organiques des reins et du foie) et entraîne une surmotalité des rats qui ont été nourris avec du NK603.

Une étude qui n’a pas manqué de faire réagir le gouvernement. Ainsi trois ministres, Marisol Touraine, Delphine Batho et Stéphane Le Foll, ont décidé de saisir immédiatement l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Les conclusions de cette étude ont également été transmises sans délai à l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments.

En fonction de l’avis qui sera rendu par la HAS, le gouvernement n’hésitera pas à demander aux autorités européennes de prendre toutes les mesures nécessaires en termes de protection de la santé humaine et animale.

Ces mesures pourront aller jusqu’à la suspension immédiate de l’autorisation d’importation du mais NK 603 dans l’Union européenne.

Dans leur communiqué les trois ministères français soulignent que l’étude en question semble confirmer l’insuffisance des études toxicologiques exigées par la règlementation communautaire en matière d’autorisation de mise sur le marché de produits transgéniques.

Une étude qui valide ainsi la position de précaution prise par le Gouvernement français sur le moratoire des cultures OGM.