Médecine personnalisée en cancérologie : 2 essais cliniques novateurs



©Institut Curie

L’Institut Curie lance le premier essai clinique basé sur le profil moléculaire de la tumeur sans considérer la localisation tumorale. En effet, si une thérapie ciblée est efficace contre un type de cancer, pourquoi ne le serait‐elle pas pour d’autres dès lors qu’ils sont porteurs de la même anomalie moléculaire ? L’essai SHIVA lancé en septembre à l’Institut Curie doit répondre à cette question : toutes les anomalies biologiques pour lesquelles il existe des thérapies ciblées approuvées seront donc recherchées chez les patients et ce quel que soit le cancer dont ils sont atteints. L’idée est de sortir du dogme de l’organe pour traiter la maladie en fonction de son profil moléculaire.

Proposer aux malades des traitements de plus en plus personnalisés, tel est l’objectif du Dr Véronique Diéras, directrice du département de Recherche clinique à l’Institut Curie. « Il est désormais évident que chaque individu est unique et qu’il a besoin d’un traitement individualisé, adapté à son propre organisme, à son profil génétique, en fonction de son âge et de son environnement » souligne‐t‐elle.

Aujourd’hui, les traitements sont, dans une certaine mesure, déjà personnalisés. Les médecins choisissent en fonction de plusieurs critères : localisation tumorale, âge du patient, aspect des cellules, voire parfois présence d’une caractéristique biologique — une anomalie présente sur les cellules cancéreuses.

Lorsqu’une anomalie est identifiée, les patients bénéficient d’une thérapie dite ciblée. Contrairement aux chimiothérapies classiques qui agissent sur toutes les cellules en division – d’où les effets secondaires comme la perte de cheveux ou les nausées — les thérapies ciblées reconnaissent spécifiquement l’anomalie présente sur les cellules tumorales. Ces thérapies ne peuvent être proposées qu’aux patients porteurs de l’anomalie en question.

SHIVA, une approche innovante

Jusqu’à présent les anomalies recherchées dépendaient de la localisation tumorale initiale. Par exemple, dans lecancer du poumon, seules les mutations du récepteur de l’EGF étaient analysées. « Nous changeons totalement d’approche en recherchant systématiquement chez les patients toutes les anomalies biologiques pour lesquelles il existe des thérapies ciblées, et ce quelle que soit la localisation de leur maladie» explique le Dr Christophe Le Tourneau1 oncologue médical à l’Institut Curie et coordinateur de cet essai de nouvelle génération.

Cette nouvelle approche va être testée à l’Institut Curie dans l’essai clinique SHIVA qui débute ce mois‐ci pour une période de trois ans et inclura 200 patients atteints de tous types de cancers métastatiques.

Au total, la recherche d’une quarantaine d’anomalies moléculaires sera réalisée dans les prélèvements de 1 000 patients. « Environ 20 % des patients devraient être porteurs d’une anomalie pour laquelle on possède une thérapie ciblée » précise Christophe Le Tourneau. Cette analyse permettra ensuite de proposer l’une des thérapies ciblées actuellement disponibles (11 dont 3 hormonothérapies).

Dans cet essai de phase II, il s’agit d’évaluer l’efficacité d’une médecine reposant entièrement sur le profil moléculaire de la tumeur. Les patients seront donc répartis dans deux groupes par tirage au sort, l’un recevant le traitement conventionnel (à savoir la chimiothérapie validée à ce jour en fonction de la localisation et de l’évolution tumorale), l’autre bénéficiant d’une des onze thérapies ciblées selon leur profil biologique.

Le recrutement des 1 000 patients s’effectuera dans les 6 centres de lutte contre le cancer partenaires (Centre Léon Bérard, Lyon ‐ Institut de Cancérologie de l’Ouest‐René Gauducheau, Nantes ‐ Institut Paoli Calmettes, Marseille ‐ Centre Georges‐François Leclerc, Dijon ‐ Institut Claudius Regaud, Toulouse ‐ Centre Alexis Vautrin, Nancy). En revanche, les analyses seront centralisées à l’Institut Curie car elles nécessitent une expertise
pluridisciplinaire, une collaboration forte entre recherche fondamentale, recherche clinique et soins, ainsi que les compétences d’oncologues médicaux, de radiologues, de généticiens et de bio‐informaticiens. Cet essai repose sur la capacité de l’Institut Curie à établir le profil moléculaire de la tumeur et à en tirer des conclusions dans un temps compatible avec la prise en charge médicale.

Une partie des prélèvements sera également séquencée complètement et ce, grâce aux technologies de séquençage à haut débit acquises dans le cadre du projet ICGex « Equipement de biologie intégrative du cancer pour une médecine personnalisée » pour des analyses complémentaires.

« Avec l’essai Shiva, nous allons explorer de nouveaux territoires de la médecine personnalisée », explique Christophe Le Tourneau, responsable de l’essai à l’Institut Curie, « pour la première fois le choix thérapeutique sera fonction du profil moléculaire de la tumeur sans tenir compte de l’organe dans lequel elle s’est développée. »