Les effets nocifs du cannabis sur les performances intellectuelles



Crédits photo : © Inserm / Disc, F. Koulikoff

Alors que certains plaident pour une dépénalisation du cannabis, une nouvelle étude ne vient pas vraiment plaider en leur faveur.

Alors qu’en début d’année des chercheurs de l’Inserm mettait en garde contre la détérioration de la mémoire de travail observée chez les personnes ayant consommé des drogues à base de cannabinoïdes (voir ici), des chercheurs néo-zélandais mettent aujourd’hui en garde contre les effets nocifs et durables du cannabis sur les performances intellectuelles.

Selon cette étude dont les résultats ont été publiés dans les Actes de l’Académie américaine des sciences, une consommation régulière de cannabis aurait pour conséquence une détérioration des capacités intellectuelles.

Pour en arriver à cette conclusion, ils ont suivi 1.037 enfants nés en 1972 et 1973. Puis ils ont mesure leur QI de leur 5eme à leur 38eme anniversaire.

C’est ainsi qu’ils ont pu constater une baisse du quotient intellectuel chez ceux qui avaient consommé régulièrement du cannabis depuis leur adolescence (jusqu’à 8 points de moins).

Et selon les scientifiques c’est justement au cours de cette période de la vie que la consommation de cannabis altère le plus les capacités intellectuelles.

Madeleine Meier, co-auteur de cette étude, a précisé à ce sujet «L’adolescence est une période très sensible du développement du cerveau (…) En utilisant des substances agissant directement sur le mental, les jeunes peuvent perturber le processus cérébral normal».

Et de préciser qu’un arrêt de la consommation ne permettait pas de restaurer complètement « les fonctions neuropsychologiques de ceux qui ont commencé à l’adolescence»