Inquiétante émergence de la bactérie ABRI



Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) souligne l’inquiétante émergence en milieu hospitalier de la bactérie ABRI, une bactérie de type Acinetobacter baumannii (AB) multirésistante aux antibiotiques. C’est particulièrement vrai au sein de services de réanimation et de grands brûlés.

Bactérie pathogène opportuniste, Acinetobacter baumannii (AB) peut être responsable d’infections sévères, en particulier chez des patients fragilisés.

Naturellement résistant à de nombreux antibiotiques, AB est capable d’acquérir des mécanismes de résistance aux carbapénèmes, dont l’imipénème, conduisant à des difficultés thérapeutiques. Les infections/colonisations à AB résistant à l’imipénème (ABRI) peuvent être signalées à l’Agence régionale de santé et au Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales dans le cadre du signalement réglementaire des infections nosocomiales (SIN). L’analyse rétrospective des SIN reçus à l’Institut de veille sanitaire entre le 1er août 2001 et le 31 mai 2011 montre une nette augmentation du nombre annuel de signalements pour ABRI.

Sur 10 288 signalements reçus sur la période, 343 (3,3%) impliquaient des ABRI. Les signalements pour ABRI représentaient entre 2 et 3% de l’ensemble des SIN reçus de 2003 à 2008, 3,2% en 2009, 5,1% en 2010 et 11,1% sur les cinq premiers mois de 2011. Les sites les plus fréquemment rapportés étaient les infections respiratoires (37%), les bactériémies/septicémies (18,9%) ou les infections urinaires (12,6%). La description de deux épidémies dans le Nord-Pas-de-Calais et au CHU de Fort-de-France illustre leurs modalités d’investigation et de prévention.

Pour plus de détails, consultez le Bulletin épidémiologique hebdomadaire en cliquant ici (document PDF)