VIH : une plus forte incidence dans les lieux gays parisiens



Selon les résultats de l’enquête Prevagay, une enquête de séroprévalence VIH auprès des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et fréquentant les établissements de convivialité gay parisiens,  le risque de contracter le virus y serait plus important qu’ailleurs.

Pour info cette étude a été réalisée dans 14 établissements de convivialité gay parisiens   (9 saunas ou backrooms et 5 bars). Au total 917 hommes ont accepté de participer à l’enquête, soit un taux d’acceptation de 58 %.

Il a été proposé à chaque participant  de déposer sur un papier buvard six gouttes de sang par un auto-prélèvement capillaire au bout du doigt, puis de compléter un auto-questionnaire comportemental.

Ainsi et selon les résultats de cette étude anonyme et basée sur le volontariat, les nouveaux cas d’infection par le VIH dans ces établissements parisiens se sont élevés  à 3,8 pour 100 personnes par an, contre environ 1% pour l’ensemble des homosexuels et 0,017% (17 pour 100.000) pour l’ensemble de la population.

Et bien que ces résultats ne puissent être généralisés à l’ensemble de la population des homosexuels masculins, ils contribueront très certainement à la définition des stratégies de dépistage et de prévention puisque les données de PREVAGAY et les recommandations de la Haute autorité de santé vont dans le sens d’un renforcement de l’incitation au dépistage pour cette population spécifique.

L’intégralité de cette enquête est disponible sur www.invs.sante.fr