Cancer de la prostate : le dépistage par test sanguin reste prisé



Affiche Association Française d'Urologie (DR)

« Le dépistage du cancer de la prostate par test sanguin est inutile » déclarait il y a quelques jours à peine la Haute-Autorité de Santé (voir : Le dépistage du cancer de la prostate par test sanguin serait inutile). Pour autant ce dépistage reste très prisé en France selon des chiffres communiqués hier par l’Assurance-Maladie.

Ainsi, et alors qu’aucune étude n’a montré un quelconque avantage en terme de survie (ou de mortalité) chez les patients présentant un cancer de la prostate dépisté par la technique du PSA, les 3/4 des hommes âgés de plus de 75 ans y auraient eu recours entre 2008 et 2010.

Dans son communiqué l’Assurance Maladie précise que « le taux de dépistage du cancer de la prostate, dont le dépistage systématique n’est pas recommandé, est même plus élevé que le taux de participation aux campagnes de dépistage du cancer du sein et du cancer colorectal« .

L’occasion de rappeler que  le cancer de la prostate est  le cancer le plus fréquent chez l’homme, avec 71 500 nouveaux cas diagnostiqués en 2010.  C’est le cancer dont l’incidence a le plus augmenté ces 25 dernières années, en bonne partie du fait du vieillissement de la population. Aujourd’hui le cancer de la prostate est le quatrième en termes de mortalité, avec 8 790 décès estimés.