Cancer de l’ovaire : le dépistage systématique déconseillé



Des chercheurs américains du Huntsman Cancer Institute de Salt Lake City déconseillent le dépistage systématique du cancer de l’ovaire en l’absence de symptômes.

Pour parvenir à cette conclusion ils ont mené durant 12 ans un  vaste essai clinique auprès de 78 000 femmes âgées de 55 à 74 ans et sans antécédents particuliers. Ils  ont ainsi constaté que non seulement le dépistage systématique était inutile mais qu’il pouvait être potentiellement nocif.

Ces femmes ont été séparées en deux groupes : d’un côté  celles n’ayant subi aucun examen; de l’autre celles soumises à un dépistage classique (échographie transvaginale et dosage du marqueur tumoral : CA 125).

Au terme de l’étude les chercheurs ont constaté qu’il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes aussi bien en ce qui concerne le taux de mortalité suite à un cancer de l’ovaire qu’à propos du nombre de cancers découverts à un stade avancé. Pour eux le dépistage ne servirait donc à rien.

Pire encore ils affirment que 10% de celles soumises au dépistage sont victimes d’un faux diagnostic ou résultat « faussement positif ».

Ces erreurs conduisent à des interventions chirurgicales inutiles qui, dans 15% des cas, sont suivies de sévères complications.