Prothèses PIP : des victimes portent plainte contre l’Etat



Food and Drug Administration - photo non contractuelle

Dans le cadre du scandale sanitaire des prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse), la radio Europe 1 annonce que 10 victimes, non remboursées pour l’explantation de leurs prothèses, ont décidé de porter plainte contre l’état pour discrimination.

Si le gouvernement a recommandé l’explantation de ces implants à l’ensemble des 30 000 femmes concernées (retrait pris en charge par l’Assurance Maladie), seules celles ayant bénéficié d’une reconstruction mammaire à la suite d’un cancer peuvent prétendre à un remboursement pour la pose de nouvelles prothèses.

Les autres « victimes » doivent se contenter de prix très bas négociés entre le gouvernement et deux fabricants français.

Au micro d’Europe 1 l’une de ces femmes  s’est insurgée contre ce qu’elle considère comme une discrimination qui vise à différencier les « vraies » et les « mauvaises » victimes.

Si elle reconnaît s’être fait poser des prothèses pour des raisons esthétiques, elle souligne qu’elle avait aussi un soucis d’image qui lui posait beaucoup de problèmes tels que des dépressions. « Quand je l’ai fait, ça allait beaucoup mieux » a t-elle confié à la célèbre station de la rue François 1er.

Aujourd’hui, et comme toutes celles qui ont décidé de déposer plainte, elle estime qu’elle n’a  pas à subir les conséquences de contrôles non effectués par l’Etat.

Laisser un commentaire