Autisme, la France est en retard



Le gouvernement a fait de l’autisme la Grande cause nationale 2012. Pour autant, et malgré cette bonne volonté de la part des autorités, la France est en retard par rapport à certains de ses voisins européens, en particulier les pays anglo-saxons et d’Europe du Nord.

Manque de places, retard dans la mise en place de méthodes de soins adaptées… tels sont quelques-uns des constats d’un rapport d’évaluation du plan autisme 2008-2010 de la sénatrice du nord Valérie Létard. Ce rapport a été remis ce jeudi à Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Si Valérie LÉTARD dresse un bilan positif de la mise en œuvre du plan autisme et se félicite de nombreuses avancées, elle souligne aussi les retards pris par la France notamment en ce qui concerne le nombre de places pour les personnes souffrant de troubles autistiques.

Ainsi, et alors que le plan autisme 2008-2010 prévoyait la création de 4100 places d’ici à 2014, seules 1.672 places (dont 1330 pour les enfants) étaient réellement installées à la fin de l’année 2010.

700 places supplémentaires pour adultes et 530 places pour enfants ont été « autorisées » par l’administration pour la période allant jusqu’en 2013 (sous réserve du déblocage des crédits).

Il ressort également de ce rapport le retard important pris par la France dans l’approche de la maladie et par voie de conséquences dans la mise en place de méthodes d’accompagnement et éducatives adaptées. Ce retard est encore sensible malgré l’adoption, depuis plus de dix ans, de mesures législatives et réglementaires novatrices.

C’est pourquoi Valérie LÉTARD, via 50 mesures essentielles et indispensables à sa réussite, propose de relancer la dynamique du plan autisme .

Le rapport complet de Valérie LÉTARD est accessible en ligne en cliquant ici (version PDF)