Davantage de leucémies infantiles autour des centrales nucléaires



Photo :Clicgauche (CC)

Selon une étude menée conjointement par l’Inserm et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, le nombre de leucémies infantiles aigües serait plus important chez les jeunes vivant dans un rayon de 5 kilomètres autour d’une centrale nucléaire.

Cette étude montre notamment un doublement de la fréquence d’apparition des leucémies infantiles entre 2002 et 2007. L’augmentation va jusqu’à 2,2 chez les enfants âgés de moins de 5 ans.

Ainsi sur 6 ans 14 cas de leucémies infantiles aigües ont été recensés chez des jeunes de moins de 15 ans vivant autour de l’une des 19 centrales nucléaires françaises. Les taux d’incidence nationaux prévoyaient en moyenne 7.4 cas.

Un fait nouveau pour Docteur Jacqueline Clavel, responsable d’épidémiologie environnementale des cancers à l’Inserm. Interrogée par LCI elle a indiqué que cette hausse n’avait pas été observée lors de la précédente étude (période 1990 – 2001).

Pour autant pas question de tirer de conclusions trop hâtives, aucun lien n’étant formellement établi pour le moment entre ces chiffres et la proximité des centrales nucléaires ou un type de centrale en particulier. Des études complémentaires et plus approfondies seront nécessaires pour les expliquer.

Pour le réseau « Sortir du nucléaire » cette étude démontre au contraire « une corrélation très claire entre la fréquence des leucémies infantiles aigües et la proximité des centrales nucléaires ».

Dans un communiqué publié ce matin le Réseau fait notamment référence à une étude allemande menée en 2008 et qui avait abouti à la même conclusion.

Résultats complets de l’étude disponible en français en cliquant ici (version PDF)