Prévenir la maladie d’Alzheimer en mangeant du poisson!



Crédit Photo : National Cancer Institute - Len Rizzi

Par le passé plusieurs études ont déjà démontré que la consommation régulière de poisson pouvait prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer et d’autres types de démence. Aujourd’hui des chercheurs de l’Université de Pittsburgh confirment les bienfaits d’une consommation régulière de poisson non frit.

Ainsi consommer au moins une fois par semaine du poisson grillé ou cuit à la vapeur permettrait de protéger les capacités mentales et de prévenir la maladie d’Alzheimer.

Pour parvenir à cette conclusion les chercheurs ont analysé les cas de 260 patients choisis pour l’étude Cardiovascular Health Study. Parmi ces personnes 163 ont indiqué avoir mangé du poisson au moins une fois par semaine. Tous étaient âgés d’au moins 71 ans au début de l’étude.

Grâce aux images cérébrales par IRM que les patients ont accepté de passer, les chercheurs ont constaté un volume plus important de matière grise dans plusieurs parties du cerveau chez les personnes ayant consommé au moins une fois par semaine du poisson non frit. Au final seuls 3% des sujets  ont ensuite  développé la maladie d’Alzheimer ou un déficit cognitif léger

A contriaro ils ont constaté que les personnes qui ne consommaient pas régulièrement de poisson avaient perdu davantage de cellules nerveuses impliquées dans la mémoire à court terme . Ainsi 47% d’entre-elles ont ensuite développé  la maladie d’Alzheimer ou un déficit cognitif léger.

De cette étude les chercheurs ont également constaté que ce bénéfice n’existait pas en cas de consommation de poisson frit.

Les résultats de cette étude ont été présentés la semaine dernière au cours du congrès annuel de la Radiological Society of North America.