La sécurité des jouets est remise en cause



Les jouets que les enfants s’apprêtent à recevoir pour Noël sont-ils vraiment sans risque ? Pas vraiment si l’on en croit les résultats d’un test relatif à la toxicité des jouets réalisé par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

Afin de s’assurer de la sécurité des jouets destinés aux très jeunes enfants (enfants de moins de 3 ans) l’UFC-Que Choisir a mené l’enquête sur 30 jouets et le bilan est pour le moins mitigé.

Si l’enquête a permis de constater que ces jouets ne contenaient pas de phtalates, formaldhéhyde, colorants azoïques, substances cancérogènes ou reprotoxiques, elle a aussi permis de révéler une quantité importante de substituts aux phtalates dans plus de 20% des jouets en plastique testés.

L’UFC-Que Choisir rappele que ces substituts aux phtalates n’ont fait l’objet d’aucune évaluation toxicologique officielle et qu’ils ne figurent pas dans la liste des additifs pouvant être utilisés dans les matériaux plastiques en contact avec les aliments.

Autre constat inquiétant la présence de dérivés pétroliers (classés cancérogènes probables ou possibles par l’Agence américaine de l’Environnement et l’Union européenne) mais aussi de substances susceptibles d’être transformées en nitrosamines (classés cancérogènes probables ou possibles selon le Centre International de Recherche sur le Cancer).

Parmi les jouets pris en exemple l’UFC-Que Choisir souligne le cas du doudou Oui-Oui de Lansay qui contient du chrysène et du naphtalène, des dérivés pétroliers classés respectivement cancérogènes probables ou possibles.

Autre exemple, véritable emblème des jouets premier âge, la célèbre Sophie la Girafe qui, et alors qu’elle est destiné à la bouche des enfants, contient et même libère dans la salive des précurseurs de nitrosamines !

Bref pour l’UFC-Que Choisir il est temps de renforcer la réglementation d’autant que les enfants de moins de trois ans sont un public particulièrement vulnérable à la toxicité des produits.

Faudra-t-il écrire au père noël pour obtenir un renforcement de la réglementation ? se demande aujourd’hui la célèbre l’association de consommateurs.

Dans son communiqué l’UFC Que-Choisir indique

-avoir saisi l’ANSES aux fins de procéder à une évaluation toxicologique des 2 substituts aux phtalates trouvés dans les jouets testés et non encore évalués
-avoir interpellé les pouvoirs publics pour un renforcement de la réglemantation

Pous plus d’infos procurez-vous sans délai le dernier numéro du magazine Que Choisir actuellement en kiosques (n° 498 de décembre 2011 )