Sida : encore trop d’idées reçues



L’épidémie de sida recule à travers le monde. Moins visible elle fait donc désormais moins peur. Aujourd’hui le sida est une maladie qui sucite moins de crainte que le cancer, les accidents de la circulation ou bien encore les maladies cardiaques. Pour autant trop d’idées reçues persistent encore. Tel est l’un des constats de l’enquête sur les connaissances, les attitudes, les croyances, et les comportements (KABP) menée en Ile-de-France par l’Observatoire régional de santé.

Ainsi ils sont encore nombreux à penser à tort que le virus du sida peut se transmettre par une piqûre de moustique (21%), dans les toilettes publiques, (13%) ou bien encore en buvant dans le verre d’une personne contaminée (13%).

99% des Franciliens savent toutefois que VIH peut être transmis lors de rapports sexuels non protégés (et donc sans préservatif) ou lors d’une piqûre de drogue avec une seringue déjà utilisée.

Et si globalement es Franciliens ont une bonne connaissance des modes de transmission et de protection du VIH, ce sont les jeunes de 18-30 ans qui semblent le moins bien maîtriser les mécanismes de transmission et de protection.

De cette enquête il ressort également que de plus en plus de personnes émettent des doutes sur l’efficacité du préservatif pour se protéger du virus. Enfin on retiendra un recours plus fréquent au test de dépistage du VIH