Paracétamol : gare au surdosage



Michelle Tribe (creative commons)

Le paracétamol, aussi nommé acétaminophène, est une substance bien connue qui se retrouve dans de nombreuses spécialités médicamenteuses de la classe des antalgiques antipyrétiques non salicylés. Il est généralement indiqué dans le traitement symptomatique de la fièvre et des douleurs d’intensité faible à modérée.

Et si à première vue il peut paraître inoffensif, le paracétamol n’est pas totalement sans risque. Un surdosage peut en effet avoir de graves conséquences pour le foie. De nombreuses études l’ont d’ailleurs déjà démontré.

Au mois de mai dernier par exemple une étude américaine démontrait que  la  consommation en excès de paracétamol conduisait chaque année environ 78 000 Américains directement dans les services d’urgence (voir Le paracétamol : pas si anodin que cela !)

Aujourd’hui une nouvelle étude menée durant 3 ans confirme la toxicité du paracétamol pour le foie en cas de surdosage. Publiée dans la revue spécialisée « British Journal of Clinical Pharmacology » elle a été menée par des chercheurs de l’Université d’Edimbourg .

Il en ressort que des surdosages réguliers sont bien plus dangereux encore que l’intoxication massive en une seule fois. En cause notamment une arrivée plus tardive à l’hôpital.

Après avoir étudé l’évolution de 663 patients hospitalisés pour des lésions hépatiques graves provoquées par le paracétamol, les chercheurs ont constaté que si les 3/4 de ces personnes avaient absorbé une dose importante en une seule fois, le taux de décès était plus important chez les personnes ayant dépassé les doses recommandées au cours des 7 derniers jours.

Dans un article publié par le Figaro le professeur Dominique Larray, hépato-gastro-entérologue du CHU de Montpellier, rappelle que les surdosages de paracétamol font de gros ravages en France précisant même qu’il s’agissait de la « première cause d’indication de greffe hépatique en raison d’une hépatite aiguë grave» .

Selon le professeur Larray 64 greffes de foie (sur 181 greffes réalisées) ont été consécutives à une intoxication au paracétamol.  Pour mémoire les doses maximales autorisées sont de 4 grammes par jour à raison d’un gramme par prise pouvant être renouvelée toutes les 6 à 8 heures.