Mise en garde sur les risques liés à la pratique de dépigmentation de la peau



Ils sont de plus en plus nombreux à avoir recours à la dépigmentation volontaire (ou d’éclaircissement)  dans le but d’éclaircir la teinte naturelle de leur peau. Cette pratique, un peu trop à la mode, repose sur l’usage de médicaments ou de préparations magistrales à fort potentiel éclaircissant.

Dans de trop nombreux cas il s’agit de préparations détournées de leur indication médicale, de contrefaçons de médicaments ou bien encore de produits éclaircissants illicites. Ces produits peuvent contenir des substances interditee dans les produits cosmétiques éclaircissants de la peau comme des dermocorticoïdes d’activité très forte, de l’hydroquinone, voire des dérivés de mercure.

Parce ces substances peuvent avoir de graves conséquences sur la santé et face à l’ampleur du phénomène et la grande difficulté à maîtriser
les circuits d’importation et de distribution non traditionnels, ainsi que la vente sur internet des produits dépigmentants illicites à visée cosmétique d’autre part, l’Afssaps et la DGCCRF ont décidé de lancer une grande campagne de communication  afin de mettre en garde les utilisateurs contre les risques encourus.

S’il s’agit le plus souvent de maladies de la peau (infections, acné, vergetures, atrophie, troubles de la pigmentation, etc.), l’utilisation de ces produits peut aussi entraîner des complications plus graves (risque accru de diabète et d’hypertension artérielle,  complications rénales et neurologiques. exposition de l’’enfant à des risques toxiques en cas d’utilisation chez la femme enceinte ou allaitant).

Pour toutes ces raisons  l’Afssaps et la DGCCRF recommandent  aux utilisateurs de ne pas avoir recours à la dépigmentation volontaire de la peau.

En cas de recours à cette pratique, il est ‘indispensable de consulter un médecin notamment en cas de survenue d’effets indésirables.

Enfin l’Afssaps et la DGCCRF recommandent aux utilisateurs de ne surtout pas utiliser des produits dont l’étiquetage mentionne la présence d’hydroquinone, de corticoïdes et/ou de dérivés mercuriels et ainsi que des produits dont la composition ne serait  pas mentionnée.

Dans tous les cas l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé tient à rappeller qu’il est dangereux d’utiliser des médicaments et des préparations réalisées par un pharmacien en dehors des prescriptions médicales délivrées pour le traitement d’une maladie de la peau.