L’Assurance Maladie relance la campagne pour le bon usage des antibiotiques



L’Assurance Maladie relance sa campagne pour le bon usage des antibiotiques :« Les antibiotiques, utilisés à tort, ils deviendront moins forts »Depuis le 31 octobre, le grand public peut retrouver en télévision et en radio la saga publicitaire de l’Assurance Maladie à l’occasion de la relance de la campagne sur le bon usage des antibiotiques : « Les antibiotiques, utilisés à tort ils deviendront moins forts ». Cette année, l’objectif est double : favoriser la mémorisation de la signature et du message central de la campagne ; développer la pédagogie sur le bon usage des antibiotiques et le phénomène des résistances bactériennes.

Objectif : favoriser la mémorisation de la signature pour une meilleure compréhension du message

Comme en 2010, la campagne reste axée sur des messages pédagogiques sur le bon usage des antibiotiques en particulier en cas d’angine. Toutefois, cette année, l’Assurance Maladie souhaite également apporter une plus grande visibilité à sa signature publicitaire, pour une meilleure mémorisation, notamment auprès de ses cibles prioritaires que sont les adultes actifs et les parents de jeunes enfants.

Lancée en mai 2010, la signature « Les antibiotiques, utilisés à tort, ils deviendront moins forts », a pour objectif d’aller un cran plus loin dans la pédagogie sur le bon usage des antibiotiques en expliquant de manière simple et concrète la conséquence directe d’un mauvais usage : le phénomène de résistances bactériennes et la baisse de l’efficacité des antibiotiques. L’objectif est de faire prendre conscience à chacun que les comportements individuels d’aujourd’hui peuvent avoir des conséquences sur la santé de tous demain. Le phénomène de résistances bactériennes connaît en effet un développement préoccupant que seule une meilleure consommation d’antibiotiques pourra freiner.

Un dispositif pluri-media et multi-publics

Deux nouveaux outils ont été développés autour de la signature :
• un spot TV de 12 secondes mettant en scène les mots composant la signature. Il sera diffusé sur les écrans à partir du 31 octobre, avec le spot de 30 secondes sur le bonusage des antibiotiques en cas d’angine.
• un spot radio de 30 secondes, mettant lui aussi l’accent sur la mémorisation de la signature, sera diffusé quant à lui à partir du 29 octobre.

Ces spots seront visibles sur toute la saison hivernale, période particulièrement propice à une consommation inappropriée d’antibiotiques.

En parallèle, le site de prévention et d’information santé de l’Assurance Maladie, www.amelisante. fr, s’enrichit d’un dossier intitulé « Protégeons les antibiotiques », qui explique aux internautes le phénomène des résistances bactériennes. Des vidéos, des animations, et des témoignages de médecins et de pédiatres permettront aux internautes de trouver des informations scientifiques claires et des conseils pratiques sur les pathologies hivernales courantes (angine, bronchite, rhinopharyngite…), les résistances bactériennes et bon usage des antibiotiques.

Un dispositif de communication spécifique pour les professionnels de santé sur Internet a été également mis en place pour favoriser l’utilisation du Test de Diagnostic Rapide de l’angine et sa commande en ligne depuis leur espace professionnel sur ameli.fr. Cet outil, mis à leur disposition gratuitement, permet lors de la consultation de connaître de manière simple et immédiate l’origine virale ou bactérienne de l’angine, et d’éviter ainsi les prescriptions inutiles d’antibiotiques.

Enfin, l’Assurance Maladie a souhaité, avec l’aide de professionnels de la petite enfance, mettre en place une opération de sensibilisation des parents de jeunes enfants au bon usage des antibiotiques. Un kit de communication, conçu en collaboration avec des professionnels de la petite enfance et des professionnels de santé, a été envoyé aux responsables de 15 000 structures collectives : crèches, haltes-garderies, centres de Protection Maternelle et Infantile, Relais d’Assistantes Maternelles,…Ce kit a pour objectif de faciliter le dialogue entre professionnels de la petite enfance et parents de jeunes enfants autour du bon usage des antibiotiques