L’encre des emballages contaminerait les aliments



Les encres alimentaires que l’on trouve sur les emballages de nos denrées alimentaires sont susceptibles de se retrouver dans les aliments qu’ils contiennent. Tel est le constat effrayant de l’UFC-Que Choisir.

Alertée par des résultats d’analyses effectuées en Suisse et en Allemagne, la célèbre association de consommateurs tire la sonnette d’alarme après avoir elle-même effectué une analyse sur plusieurs catégories courantes d’aliments secs, ceux qui sont le plus souvent vendus sous emballage carton sans protection intermédiaire. C’est par exemple le cas des pâtes alimentaires, du riz, du sucre, de la graine de couscous, de la chapelure…

Ainsi sur 20 produits testés par l’UFC Que Choisir, 14 contiennent, à des niveaux préoccupants, des huiles minérales (dérivés pétroliers) provenant des encres des emballages en carton.

Pour deux des produits testés les doses relevées en huiles minérales saturées sont très largement au dessus de la la dose limite internationale telle qu’elle a été fixée par le Comité mixte d’experts sur les additifs alimentaires de la FAO et de l’OMS.

Ainsi le couscous graine « Tipiak » et la chapelure « Leader Price » contiennent respectivement 50 fois et 10 fois la dose maximale recommandée.

Dans son communiqué l’UFC Que Choisir précise que même si aucune étude n’existe sur la toxicité des huiles minérales saturées sur l’homme, les données sur les animaux sont elles particulièrement préoccupantes.

C’est pourquoi l’association exige la mise en place sans délai d’une réglementation pour protéger la santé des consommateurs.

En application du principe de précaution l’UFC Que Choisir réclame aux pouvoirs publics de mettre très rapidement en place une réglementation sur le sujet et aux professionnels du secteur de faire appel à des produits de substitution comme les « encres végétales ou à faible migration, comme le recommande elle-même l’association des fabricants d’emballages en carton ».