Diabète : création de cellules pancréatiques fonctionnelles



Crédit :© Inserm-F.Koulikoff/Sept 2011

C’est une première scientifique qui à terme pourrait changer la vie des personnes diabétiques.  Des chercheurs de l’Inserm (Unité 845), du CNRS et du Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, viennent en effet de créer en laboratoire des cellules β pancréatiques humaines productrices et sécrétrices d’insuline, ces cellules défectueuses dans les deux types de diabète 1 et 2 et si importantes pour réguler le taux de sucre dans l’organisme.

L’attaque, puis la destruction par l’organisme des cellules β productrices d’insuline conduit au diabète de type 1. La perturbation de leur fonctionnement induit un diabète dit de type 2.Ces maladies touchent plus trois millions de personnes en France. Depuis 30 ans, les chercheurs du monde entier tentent sans succès de reproduire ces cellulesβ en laboratoire pour les étudier et comprendre leurs dysfonctionnements.

Dans une étude publiée dans The Journal of Clinical investigation, Raphaël Scharfmann, directeur de recherche à l’Inserm, en collaboration avec l’équipe de Philippe Ravassard au CNRS, détaillent le processus qui leur a permis de générer les premières lignées de cellules bêta pancréatiques humaines fonctionnelles et capables de produire de l’insuline.

Restauration du contrôle de la glycémie

Grâce à un protocole innovant faisant appel à un vecteur viral, les chercheurs ont réussi à obtenir plusieurs lignées de cellules, de propriétés moléculaires et fonctionnelles très proches d’une cellule β humaine adulte, capables de restaurer un contrôle de la glycémie chez des souris diabétiques.

Grâce à cette découverte, de nombreuses équipes de recherche vont maintenant pouvoir travailler avec ces cellules β humaines tant attendues et tenter de mieux connaitre leurs propriétés et leur dysfonctionnement ou leur destruction observées dans les diabètes de type 2 et 1. Ces cellules permettront également de rechercher de nouvelles molécules régulant la prolifération et la fonction des cellules β humaines ou d’être utilisées comme modèles précliniques de thérapie cellulaire du diabète.

Bien qu’il reste encore quelques étapes à franchir avant de pouvoir faire de ces cellules un véritable traitement pour les diabétiques, ces travaux représentent une base solide pour la définition de nouvelles approches thérapeutiques des diabètes.

Source : Ravassard et coll. “A genetically engineered human pancreatic β cell line exhibiting glucose-inducible insulin secretion” J Clin Invest. 2011 Sep http://dx.doi.org/ 10.1172/JCI58447

Communiqué Inserm