Vers un vaccin contre l’acné



Dans un communiqué de presse publié mercredi le groupe Sanofi Pasteur indique avoir acquis l’exclusivité mondiale des droits pour un vaccin et un traitement contre l’acné.

Le vaccin, au stade préclinique, a été développé par des chercheurs de l’Université de Californie à San Diego. Cette collaboration porte sur « une approche immunologique de la prévention et du traitement de l’acné visant la neutralisation spécifique des facteurs de Propionibacterium acnes impliqués dans l’inflammation ».

Considérée comme une maladie chronique cette affection touche essentiellement les adolescents. Et même si dans la plupart des cas elle est bénigne et disparait spontanément, elle peut avoir des conséquences psychologiques, physiques et sociales importantes.

L’acné peut en effet laisser des cicatrices temporaires ou définitives. C’est pourquoi il est nécessaire, malgré son caractère bénin, de prendre cette maladie de la peau au sérieux.

« Où apparaît l’acné ? » Chez 95 % des personnes acnéiques, le visage est la zone la plus souvent touchée. D’autres régions du corps peuvent être atteintes : le dos (43 % des personnes acnéiques), le cou (20 %) et la partie antérieure du thorax (20 %). (source Assurance Maladie – Ameli-sante.fr)

Aujourd’hui des traitements efficaces existent mais peuvent dans certains cas perturber l’équilibre normal de la microflore cutanée.

Pour les chercheurs l’objectif est de déboucher à terme « sur un produit immunothérapeutique avec des avantages significatifs et un mécanisme d’action innovant ».

En attendant ce vaccin, qui pour l’instant n’est qu’à un stade très précoce de son développement, les personnes victimes d’acné sont invitées à consulter leur médecin traitant ou un dermatologue.