Tuberculose : l’OMS tire la sonnette d’alarme



Test de dépistage de la tuberculose - Crédit : Greg Knobloch -domaine public

« Tuberculose : l’OMS tire la sonnette d’alarme par le Docteur Erard de Hemricourt ». Selon un rapport publié par l’OMS, la tuberculose sous sa forme résistante présenterait actuellement un mode de résurgence assez inquiétant dans les contrées européennes.

Ainsi est-il fait mention d’un risque de pandémie de tuberculose multirésistante qui pourrait causer le décès de plusieurs dizaines de milliers d’individus si les autorités de santé ne s’attaquent pas à ce problème.

Selon la directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, Zsuzsanna Jakab, la tuberculose est certes une maladie ancienne mais qui revient actuellement sous une forme extrêmement virulente, résistante aux thérapies traditionnelles.

La tuberculose sous sa forme classique consiste en une pathologie infectieuse assez courante puisqu’environ un individu sur trois sur notre planète en est infecté. Le traitement par antibiotiques reste assez lourd et nécessite en général une association de plusieurs médicaments pendant plusieurs mois.

Ce qui inquiète ici l’OMS, c’est l’augmentation importante de formes dites résistantes aux traitements classiques. Ce type de tuberculose reste beaucoup plus difficile à éradiquer et nécessite des médicaments spécifiques, assez coûteux avec plus d’effets secondaires.

Et quand la tuberculose devient à son tour résistante aux traitements de seconde ligne, elle évolue vers une forme dite de résistance extrême où les options thérapeutiques se réduisent comme une peau de chagrin.

Alors que le taux de mortalité d’une tuberculose classique approche les 7 %, la létalité d’une forme résistante peut atteindre les 50 % des cas et cela malgré un traitement bien adapté. Il existe à l’heure actuelle et selon un recensement de l’OMS environ 440 000 nouveaux cas de formes résistantes de par le monde. Plus de 80 000 de ces cas se retrouvent en Europe.

La portion principale de cette épidémie naissante se retrouve essentiellement en Europe de l’Est et en Asie centrale mais les capitales de l’Europe de l’Ouest n’en sont pas pour autant épargnées. Ainsi la ville de Londres hébergerait environ 3 500 nouveaux cas de tuberculose chaque année avec parmi ceux-là 2 % de formes résistantes. Par ailleurs, le taux de tuberculose multirésistante y a doublé entre 2005 et 2009.

Selon le rapport de l’OMS, il est crucial que les pays facilitent les moyens de diagnostic et de traitement mais surtout de prévention face à cette maladie infectieuse. Cette démarche permettrait non seulement d’économiser des sommes importantes mais permettrait surtout un gain en terme de vies humaines sauvées.

Selon l’OMS, il faudrait dépenser 5 milliards de dollars pour traiter de manière efficace 127 000 personnes infectées par la forme résistante et permettre ainsi de sauver 120 000 personnes d’une mort certaine aux alentours de 2015. Cette démarche permettrait également, par les moyens de prévention instaurés, d’économiser environ 7 milliards de dollars en traitements inutiles.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2011 – Tous droits réservés