Régénération artificielle de vaisseaux sanguins



Image domaine public - U.S. federal government

« Régénération artificielle de vaisseaux sanguins » par le Docteur Erard de Hemricourt. De nombreux patients souffriront à un moment ou l’autre de leur existence de maladies vasculaires résultant pour la vaste majorité des cas d’un diabète chroniquement mal traité, d’un infarctus ou d’une maladie artéritique touchant les membres inférieurs.

Le Saint Graal en médecine régénérative est de suppléer à l’insuffisance vasculaire en fabriquant de nouveaux vaisseaux sanguins qui permettront l’arrivée de sang dans les structures carencées en oxygène (ischémie tissulaire).

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs américains, experts dans le domaine du biomédical est parvenue à créer une structure artificielle tapissée de molécules spécifiques imitant l’un des facteurs de croissance vasculaire le plus puissant de l’organisme à savoir le VEGF.

Le VEGF, une molécule pro-angiogénétique, est considéré en effet comme l’un des plus puissants facteurs de croissance vis-à-vis des cellules endothéliales et la présence du VEGF est un élément primordial pour la création de nouveaux petits vaisseaux (néovascularisation ou néoangiogénèse).

Le Dr Stupp et son équipe viennent de publier leurs résultats dans le dernier numéro du ‘Proceedings of the National Academy of Sciences’ (Supramolecular Nanostructures that Mimic VEGF as a Strategy for Ischemic Tissue Repair. Matthew J. Webber et al., PNAS 2011 doi:10.1073/pnas.1016546108). La nouvelle structure élaborée en laboratoire possède la capacité de promouvoir la croissance de néovaisseaux sanguins et pourrait à terme fournir un outil thérapeutique validé dans l’approche des maladies artéritiques.

L’un des avantages importants de ce nouveau composé imitant le VEGF est sa stabilité dans l’organisme à l’inverse du VEGF naturel qui se dégrade rapidement au cours du temps. La molécule artificielle a quant à elle une durée de vie beaucoup plus longue ce qui permet une action plus soutenue dans l’élaboration complexe des nouveaux vaisseaux.

Selon le Dr Losordo, l’un des coauteurs de l’article : « l’un des challenges cruciaux dans le domaine de la réparation des tissus ischémiés est d’assurer la délivrance d’agents thérapeutiques aux tissus cibles. Le VEGF naturel ayant une demi-vie relativement courte, son efficacité en est réduite et il est nécessaire de répéter l’administration de cette substance. Notre nouveau composé biomimétique possède une demi-vie beaucoup plus longue ce qui permet une efficacité renforcée ».

Afin de valider leurs recherches, les scientifiques américains ont utilisé un modèle animal de maladie vasculaire périphérique et ont pu montrer que, grâce à leur nouveau composé, les membres des souris qui avaient artificiellement été carencés en sang oxygéné récupéraient une perfusion normalisée à hauteur de 75 à 80 %.

La prochaine étape sera de tester ce nouveau composé sur d’autres modèles animaux, en particulier dans le contexte de la pathologie cardiaque et des infarctus résultant de pathologies coronariennes.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2011 – Tous droits réservés