Le téléphone portable responsable d’un accident sur 10



On ne le dira jamais assez mais téléphoner au volant est dangereux… kit mains libres ou pas. Cela constitue en effet une distraction pour le conducteur et altère ses capacités de conduite.

Une expertise collective sur l’impact de l’usage du téléphone et des autres « distracteurs » sur la sécurité des usagers de la route confirme les dangers liés à l’utilisation du téléphone au volant. Elle a été réalisée par l’Inserm, en association avec l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux .

Voici quelques-uns des enseignements que l’on retiendra de cette expertise.

Tout d’abord, et contrairement aux idées reçues, l’expertise confirme qu’utiliser un kit mains libres ne change rien quant à l’attention du conducteur. Kit mains libres ou téléphone simple entraînent en effet quasiment le même niveau de distraction pour le conducteur. Téléphoner accapare son attention, introduit une forte charge mentale supplémentaire et réduit gravement les ressources attentionnelles indispensables pour conduire. En clair le conducteur n’est pas suffisamment attentif.

Autre élement essentiel, téléphoner au volant provoque des modifications importantes du comportement visuel du conducteur qui regarde davantage droit devant et néglige la consultation des rétroviseurs ou du compteur de vitesse.

On retiendra également que près d’un accident corporel sur dix est associé à l’utilisation du téléphone au volant, utilisation de kits mains-libres ou pas. Trop de gens s’imaginent qu’il n’y pas de danger en les utilisant alors que la menace vient de la captation de l’attention du conducteur et non de la manipulation du téléphone.

Aujourd’hui on estime que près de la moitié des conducteurs utilisent un téléphone en conduisant. Les jeunes, les hommes, et les professionnels de la route étant ceux qui téléphonent le plus en conduisant.

Une situation qui n’est pas prête de s’arranger avec la multiplication des SMS et les téléphones de type SmartPhones – qui sollicitent encore davantage les capacités d’attention du conducteur.

Ces évolutions laissent envisager des niveaux de risque croissants et nécessitent de poursuivre la réflexion pour mettre en place des mesures permettant d’enrayer les usages en contradiction forte avec la sécurité routière.

Communiqué Inserm ©2011 – Tous droits réservés
Crédit photo : ©Fotolia