Relaxe générale dans l’affaire de l’hormone de croissance



Fernand Dray et Elisabeth Mugnier étaient les deux dernières personnes à être encore poursuivies dans l’affaire de l’hormone de croissance contaminée. Hier la Cour d’Appel de Paris a estimé qu’ils n’avaient commis aucune faute et a donc décidé de les relaxer confirmant le jugement rendu en première instance en 2008. Ces deux scientifiques comparaissaient en appel pour homicide involontaire.

Le parquet général avait requis 3 ans de prison avec sursis contre Fernand Drade, biochimiste et ex-responsable d’un laboratoire de l’institut Pasteur, et 6 à 12 mois de prison avec sursis contre Elisabeth Mugnier pédiatre à la retraite.

Selon le Figaro Jeanne Goerrian, la présidente de l’association de défense des victimes, aurait l’intention de se pourvoir en cassation. A l’énoncé du verdict elle n’a pas caché sa déception évoquant « une page noire » de la justice.

Selon les estimations cette hormone de croissance contaminée a provoqué la mort d’au moins 120 enfants entre 1985 et 2009, tous victimes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.