Echanges de lait maternel via Facebook



C’est une pratique qui tend à se développer depuis plusieurs années et qui pourtant n’est pas sans risque. Cette pratique c’est l’échange de lait maternel via internet.  Un réseau mondial de partage de lait maternel a même été créé sur Facebook. Son nom :  « The Human Milk for Human Babies global network ».

Ce réseau met en contact, via le célèbre réseau social, des mères donneuses qui souhaitent offrir leur lait et des mères qui ne parviennent pas à allaiter suffisamment leur enfant.

Face au succès croissant de ce réseau, l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé tient à mettre en garde les personnes qui seraient tentées par l’expérience. En cause un risque important de transmission d’agents infectieux associé à ces échanges.

Rappelant que seuls les lactariums agréés[1] peuvent collecter et distribuer en France le lait maternel humain et que ce lait  constitue un produit de santé soumis à prescription médicale[2],  l’Afssaps rappelle qu’un échange sur internet signifie aussi et surtout qu’aucun contrôle microbiologique et sérologique n’a été exercé sur la donneuse. Or certains virus sont transmissibles par le lait maternel (VIH,  virus T-lymphotrophique, hépatites, rubéole)

Autre gros soucis :  les conditions de transport et de conservation du lait échangé. N’étant pas encadrées, elles peuvent conduire à une dégradation du produit et un développement bactérien. Ces bactéries peuvent  provoquer des septicémies et des méningites.

Pour toutes ces raisons l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé recommande  aux mamans de ne surtout pas faire appel à cette pratique qui peut avoir de graves conséquences sur la santé de l’enfant et se mettre en contact avec les lactariums. Leur liste complète est disponible auprès des Agences régionales de santé – ARS (coordonnées des ARS disponibles sur leur portail électronique : www.ars.sante.fr ).

[1] Article L.2323-1 du code de la santé publique
[2] Article L.5311-1 8° du code de la santé publique
Communiqué Afssaps