Journée mondiale du rein



Comme chaque deuxième jeudi du mois de mars se déroule aujourd’hui, jeudi 10 mars 2011, la journée mondiale du rein. Elle a pour objectif de sensibiliser et d’informer l’opinion, les pouvoirs publics mais aussi les professionnels de santé sur le fléau que représentent les maladies rénales pour les populations et l’économie mondiale de la santé

Il faut savoir qu’en 2010, un adulte sur dix souffre d’une affection rénale, soit plus de 500 millions de personnes dans le monde. Et pourtant, chaque année, en raison d’un diagnostic tardif, des millions de personnes décèdent prématurément d’insuffisance rénale chronique et des complications cardiovasculaires qui lui sont associées.

Pour lutter efficacement contre ce fléau, de nombreuses fondations dédiées à la lutte contre les maladies rénales ont été créées dans le monde. Parallèlement la Fédération Internationale des Fondations du Rein et la Société Internationale de Néphrologie ont créé la Journée Mondiale du Rein qui doit permettre de mettre en évidence les possibilités actuelles de dépistage, de diagnostic et de traitement, ainsi que les perspectives et résultats des recherches scientifiques. En France c’est la Fondation du Rein a la responsabilité de l’organisation de cette journée.

Cette sixième édition qui se déroule aujourd’hui a pour thème « Protéger vos reins, c’est sauver votre coeur ». Son but est d’attirer tout particulièrement l’attention du public sur le rôle majeur, souvent mal connu, que joue un simple dysfonctionnement rénal dans l’apparition précoce d’une maladie cardiovasculaire, cause la plus fréquente de morbidité et de mortalité dans le monde.

Pour l’occasion 370 événements auront lieu dans 100 pays différents, sur les 6 continents : campagnes d’affichage, conférences, émissions TV et radio, manifestations à caractère sportif ou culturel. En France elle s’est notamment traduite par une « Rencontre-débat avec les associations de malades » ce matin et un colloque « L’eau, les reins et la santé » cet après-midi à l’Académie Nationale de Médecine, Paris.

Crédit/Source : Fondation du Rein