Salon MEDICA 2010 : la médecine au superlatif !



« Salon MEDICA 2010 : la médecine au superlatif ! » par le Docteur Erard de Hemricourt.À l’occasion du salon international Medica qui vient de fermer ses portes à Düsseldorf ce week-end, il était intéressant de revenir sur ce que les spécialistes décrivent comme la plus grande foire au monde de technologie et de technique médicale.

Et cette dénomination est loin d’être un euphémisme. Imaginez ! 17 halls avec un total de 116.000 m2 soit l’équivalent de 16 terrains de football. 4441 exposants venus du monde entier. Plus de 17500 produits pour le plus grand plaisir des professionnels du monde médical mais aussi des touristes et autres badauds puisque l’entrée, payante, était accessible à tous.

Impossible de tout voir. Impossible de parcourir l’entièreté des stands. De nombreux objets exposés n’étaient que de simples améliorations d’anciennes techniques. Par contre, certaines produits innovants étaient visibles en démonstration avec, cerise sur le gâteau, quelques prototypes non encore commercialisés.

Si la quasi-totalité des pays de la planète était réunie à l’occasion du salon, on retrouvait en première place le bulldozer allemand avec plus de 1400 exposants, suivi par la Chine avec ses 506 stands, suivie de très près par les États-Unis avec quelque 430 boutiques. La France et la Belgique étaient quant à elles encore assez bien placées avec 277 et 100 stands respectivement.

Les points forts du salon Medica 2010 étaient mis sur l’électromédecine, les techniques de laboratoire et de diagnostic, les produits médicaux, les techniques de communication et d’information et pour finir tout ce qui avait rapport avec l’équipement et le mobilier des locaux médicaux.

Avant d’entrer dans le vif du sujet avec quelques produits découverts sur place, il est intéressant d’observer deux tendances que l’on observe également dans le monde de l’électronique ‘grand-public’ : la miniaturisation et l’émergence du ‘sans-fil’. De plus en plus de fabricants proposent des produits déjà existant sur le marché mais d’une taille de plus en plus réduite. De même, la plupart des nouveaux appareils permettent des mesures par capteurs directement placés sur le corps humain qui ne sont plus reliés directement à la centrale de traitement des données par des fils ou câbles. Toutes les informations récoltées au lit du patient sont envoyées directement par WiFi ou bluetooth.

Quels sont finalement les produits, gadgets ou autres curiosités découverts lors de ce salon ?

1) Thermomètre corporel ‘à demeure’ (firme Rio Flexon Technology – Taïwan) :

Cet appareil permet de mesurer en continu la température de l’organisme. Il ne s’agit donc pas d’une prise unique mais d’une mesure constante sur une durée de 24 heures. Les informations sont transmises toutes les 12 secondes à un module principal, directement par ondes. Cet appareil permet par exemple de suivre à distance (possibilité de mettre une alarme de dépassement) la température d’un bébé malade, d’un enfant infecté ou d’une personne âgée afin de pouvoir réagir plus rapidement en cas d’aggravation clinique.

2) Glucomètre non invasif par capteur (firme Cnoga Medical – Israël) :

Imaginez un monde sans piqûre, sans devoir récolter du sang plusieurs fois par jour pour effectuer un contrôle précis de son taux de glucose sanguin. Le rêve ultime pour des millions de patients diabétiques. Et ce rêve est en passe de devenir réalité puisque la firme israélienne Cnoga Medical propose un glucomètre atypique, en cours d’homologation, dont le principe repose sur l’analyse photographique en temps réel de la colorimétrie tissulaire. Un peu barbare comme dénomination mais avec une vidéo, le message passera mieux. L’appareil étant toujours en phase d’investigation (étude en cours aux États-Unis), aucun test n’a pu être réalisé sur place lors du salon.

3) Stéthoscope électronique (firme Spirit – Grande Bretagne) :

Un précédent article publié sur News Santé avait déjà mentionné un modèle de stéthoscope digital de la marque Littmann (compagnie américaine).

Il s’agit ici d’un autre modèle, relativement semblable au modèle Littmann sur le plan électronique mais qui a le grand avantage d’être vendu beaucoup moins cher que le modèle américain.

Pour le reste, ce modèle de stéthoscope possède 3 modes d’écoute et 16 volumes sonores qui permettent d’écouter les bruits et autres souffles même dans un environnement bruyant (testé sur place lors du salon).

4) Coflex TLC (firme Andover – États-Unis) :

Le Coflex TLC ou ‘Two Layer Compression’ est une bande de contention qui a la particularité d’être non seulement cohésive (pas besoin de sparadrap pour la fixer sur la jambe ou le bras, elle adhère sur elle-même) mais surtout de posséder une sous-couche de matière douce constituée de mousse de polyuréthane. L’ayant testé sur place, il est vrai qu’on est loin des bandes de contention classiquement rencontrées dans les salles de soins. Ce produit est spécialement adapté pour les patients souffrant d’œdème des membres inférieurs associés à la présence d’une insuffisance veineuse avec ulcères. La présence de la mousse de polyuréthane permet le port de cette bande pendant une longue durée de 7 jours.

5) Système de marche robotisé – Lokomat-Pro & Lokomat-Nanos (firme Hokoma – Suisse) :
Ce système ingénieux est sur le marché depuis plusieurs années et vient d’être remis au goût du jour avec le Lokomat-Nanos qui est un système robotisé miniaturisé qui vient en aide aux patients souffrant de maladie neurologique provoquant un trouble des mouvements (accident vasculaire cérébral, lésion de la moelle épinière, paralysie cérébrale, maladie de Parkinson, …). Grâce à cet appareillage assez lourd, les patients peuvent s’entraîner et améliorer leurs mouvements ou simplement réapprendre des mouvements perdus lors de la maladie.

6) Entraîneur thérapeutique motorisé Motomed (firme Reck – Allemagne) :

Un peu à l’instar du Lokomat, il s’agit ici d’un appareil destiné avant tout à aider certains patients souffrant de faiblesse musculaire afin qu’ils conservent une certaine mobilité et une certaine musculature. Les appareils proposés peuvent grâce à un mouvement auto entraîné (associant une action à la fois passive et active) être utilisés pour les membres supérieurs ou les membres inférieurs en fonction du modèle choisi.

7) Thermomètre électronique par infra-rouges (firme Hubdic – Corée du Sud) :

Ici, rien de neuf sous le soleil puisque de tels thermomètres se trouvent déjà dans le commerce à un prix raisonnable.

Par contre, ce qui attire le regard ici, c’est la forme et la facilité de prise en main puisqu’il s’utilise un peu comme un simple ‘pistolet’.

Très petit, convivial, facile d’utilisation et surtout très rapide pour afficher les valeurs.

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2010 – Tous droits réservés