Le Di-Antalvic retiré plus tôt que prévu ?



En juillet dernier l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indiquait que les spécialités pharmaceutriques contenant du dextropropoxyphène (DXP) tels le Di-Antalvic seraient retirés de la vente d’ici à 15 mois.

Aujourd’hui l’Afssaps précise, suite à nouvelle étude menée aux Etats-Unis chez des volontaires sains ayant reçu du propoxyphène, qu’elle définira dans un proche avenir la date exacte de mise en œuvre du retrait du marché de ces spécialités en prenant en compte le signal nouveau que constituent les résultats de cette nouvelle étude mais aussi la nécessité d’assurer l’évolution de la prise en charge dans de bonnes conditions.

Cette nouvelle étude américaine, dont la FDA (Food and Drug Administration) vient de publier les résultats, montre qu’il existe un risque d’effets indésirables cardiaques, le propoxyphène étant susceptible d’entraîner des modifications de l’électrocardiogramme (ECG), aux doses thérapeutiques maximales utilisées aux USA (2 fois la dose maximale journalière recommandée en France). Ces modifications sont susceptibles d’induire des troubles du rythme cardiaque, parfois graves, qui peuvent être à l’origine d’une mort subite.

Dans l’attente de ses nouvelles recommandations ’lAfssaps rappelle aux professionnels de santé qu’ils ne doivent pas prescrire de médicaments contenant du DXP à de nouveaux patients et qu’ils doivent reconsidérer la prise en charge antalgique des patients actuellement traités par DXP.

Les patients traités sont de leur côté invités à prendre contact sans urgence avec leur médecin afin que soit reconsidéré leur traitement.