Un mode de vie sain pour réduire le risque du cancer colorectal



« Un mode de vie sain pour réduire le risque du cancer colorectal » par le Docteur Erard de Hemricourt. Il devient de plus en plus évident que, pour vivre longtemps en bonne santé, il est crucial d’adopter un mode de vie le plus sain possible. Les statistiques médicales sont là pour nous le rappeler : nous vivons à une époque où l’on observe une augmentation affolante des pathologies cancéreuses et autres maladies inflammatoires chroniques en partie liées au vieillissement de la population. En partie, car pour la vaste majorité de ces affections, il existe également une nette association avec certains comportements peu ou pas adaptés au fonctionnement de notre organisme.

Prenons le cas du cancer colorectal qui reste à l’heure actuelle la deuxième cause de mortalité par cancer chez l’homme et chez la femme (après le cancer pulmonaire). L’origine de cette tumeur est liée à la présence de divers facteurs de risque tels que certaines maladies du tube digestif, l’obésité, une alimentation trop pauvre en fibres ou trop riche en viande rouge, etc. On estime en moyenne qu’une femme sur vingt et un homme sur dix-sept développera au cours de sa vie un cancer colorectal. La survenue de ce cancer comme d’ailleurs celui du sein chez la femme ou celui de la prostate est en augmentation constante ces dernières années.

Et pourtant, il suffirait de modifier nos mauvaises habitudes quotidiennes pour voir l’émergence de ce cancer diminuer de manière substantielle comme le montre une nouvelle étude danoise publiée dans le dernier éditorial du British Medical Journal (Association of adherence to lifestyle recommendations and risk of colorectal cancer : a prospective Danish cohort study. Helene Kirkegaard et al. BMJ 2010. 341:c5504 doi :10.1136/bmj.c5504).

L’équipe danoise a suivi pendant une durée de 9.9 ans un total de 55 487 hommes et femmes âgés de 50 à 64 ans. Toutes ces personnes ont participé à cette étude prospective en répondant à un questionnaire minutieux et en bénéficiant d’un suivi médical pointilleux.

L’équipe du Dr Kirkegaard a étudié la survenue du cancer colorectal (678 cas) au sein de cette population et l’association possible avec certains facteurs de risque bien connus du milieu médical. Cinq critères ont été retenus dans le cadre de cette étude à savoir une consommation régulière et importante d’alcool (plus de 7 verres par semaine pour la femme et plus de 14 verres hebdomadaires pour l’homme), une activité physique quotidienne (30 minutes minimum), une consommation de tabac (oui/non), l’évaluation d’une obésité par la mesure du tour de taille (plus sensible que l’IMC), l’adoption d’un régime alimentaire sain avec une consommation de fibres alimentaires suffisante (quantité supérieure à 600 gr/jour de fruits et légumes) et un apport énergétique au départ de graisses ne dépassant pas 30 %.

À la fin de la période de suivi, les scientifiques ont observé une diminution de 23 % du risque de cancer colorectal lorsque le mode de vie le plus sain était adopté (aucun des 5 facteurs de risque présent). Malheureusement, seulement 1 % du panel suivi était concerné par ce cas de figure ! Par contre, une autre bonne nouvelle est apparue au travers des chiffres récoltés : les participants qui évitaient seulement un des cinq facteurs de risque voyaient leur risque de cancer colorectal diminuer de 13 %. Pour une raison peu claire, cette relation était surtout prononcée pour les hommes, moins pour les femmes.

Selon le Dr Kirkegaard : « le cancer colorectal est principalement une maladie des pays occidentaux ce qui montre qu’il existe une composante importante de notre mode de vie dans l’émergence de cette maladie. Notre étude renforce le message de santé publique que même une petite modification de notre mode de vie suffit pour infléchir la tendance et avoir un impact substantiel sur le risque du cancer colorectal. Il est important de convaincre tout un chacun de suivre un mode de vie le plus sain possible ».

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2010