Nouvelle cible thérapeutique pour le cancer du sein dit « triple négatif »



cancerduseinNouvelle cible thérapeutique pour le cancer du sein dit « triple négatif » par le Docteur Erard de Hemricourt. Parmi les différents types de cancer du sein, il existe une forme particulière, très agressive, dite « triple négatif » qui a la particularité de ne présenter à la surface des cellules cancéreuses aucun des 3 types de récepteurs classiquement rencontrés à savoir celui de l’œstrogène, de la progestérone ou le récepteur neu/HER2.

Cette forme de cancer résiste en général à la plupart des traitements proposés et seuls quelques agents chimiothérapeutiques ont montré une efficacité partielle. Tout cela pourrait bien changer dans un futur proche puisque selon des données récentes publiées à l’occasion de la réunion annuelle de la société américaine pour la recherche contre le cancer, l’AACR, une équipe américaine de Philadelphie vient de mettre en évidence une surexpression d’un récepteur particulier appelé IGF-1R. L’IGF ou ‘insulin growth factor’ est une molécule très importante dans certaines lignées cancéreuses puisqu’elle vient directement moduler la croissance et la survie cellulaire.

Les chercheurs ont analysé l’expression du récepteur à l’IGF-1 chez 97 patientes porteuses de cancer triple négatif. Ils ont trouvé une surexpression de ce récepteur chez 25% des patientes. De plus, ils ont constaté qu’une faible expression de ce récepteur était associée à un risque accru de métastases ganglionnaires et inversement, une expression élevée du récepteur était liée à une taille tumorale plus réduite.

Citant le Dr Witkiewicz de l’Hôpital Universitaire Thomas Jefferson de Philadelphie qui a participé à l’étude : « il s’agit d’une découverte importante qui pourrait améliorer la classification des patientes présentant un risque important de récidive. Il serait important d’aller plus loin et de tester l’efficacité de certaines molécules découvertes récemment, qui ont pour action un ciblage sélectif de l’IGF-1R et qui ont déjà montré une certaine efficacité vis-à-vis de certains types de cancers. »

Autres articles pouvant vous intéresser sur le même thème :

L’importance de l’activité physique après un cancer du sein
Effet protecteur de la vitamine D face au cancer du sein par le Docteur Erard de Hemricourt
Détection précoce de certains cancers par la respiration par le Docteur Erard de Hemricourt
La salive comme test de dépistage du cancer par le Docteur Erard de Hemricourt
Echographie du sein en mode ductal : dépistage idéal des petits cancers (1-5 mm) par le Docteur Gilles Kern
Dépistage du cancer : en fait-on trop ? par le Docteur Erard de Hemricourt

Docteur Erard de Hemricourt pour News Santé ©2010