Les infections à gonocoques en hausse sensible



Signe d’une augmentation des comportements sexuels à risque, on assiste depuis plusieurs années à une recrudescence des infections sexuellement transmissibles (IST) en France. C’est notamment le cas des infections à gonocoques dont la hausse a été de 52% entre 2008 et 2009 selon les données de deux réseaux de surveillance spécialisés dans la surveillance de ces infections.

Cette progression n’étonne toutefois pas les spécialistes puisqu’elle est la suite logique des observations des médecins généralistes du réseau Sentinelles qui l’an dernier avaient déjà pu constater une nette augmentation de l’incidence des urétrites masculine.

Les infections à gonocoques progressent sur l’ensemble du territoire mais un peu moins vite en Ile-de-France. Elles se traduisent par des sensation de brûlures en urinant, des difficultés à uriner (dysurie) et/ou par un écoulement purulent jaune verdâtre. Ces infections touchent essentiellement des sujets jeunes, le plus souvent des hommes (85%).

Rapport non protégé (absence du préservatif), multiplication des partenaires expliquent en partie cette augmentation.

Le diagnostic est aisé et le traitement efficace et rapide. Il est toutefois nécessaire de consulter sans attendre en cas de symptômes puisqu’une infection non traitée peut-être à l’origine de graves complications.

Le seul moyen de s’en protéger, c’est le préservatif ! Il serait peut-être temps que vous y pensiez !

Avec l’InVS (Institut de Veille Sanitaire)