Pas de salles de shoot en France



En juillet dernier lors de la 18e Conférence internationale sur le sida, Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé et des Sports, indiquait prendre en considération la recommandation de l’expertise collective de l’Inserm favorable à la mise en place expérimentale de « centres d’injections supervisés » appelées aussi « salles de shooting ». Hier encore, lors d’un déplacement à Bayonne, elle s’est de nouveau déclarée favorable à cette idée.

Pour l’Inserm ces « centres d’injections supervisés » qui existent déjà dans 8 pays Européens permettent aux toxicomanes de s’administrer leur drogue « de façon plus sûre et plus hygiénique, sous la supervision d’un personnel qualifié ». Dans les pays qui les ont déjà adoptés, aucun cas d’overdose mortelle n’a été recensé.

Pour autant ces « salles de shooting » ne verront pas le jour en France, tout au moins pour l’instant. Le premier Ministre François Fillon l’a fait savoir via un bref communiqué : « Ses salles ne sont « ni utiles, ni souhaitables » (…) la priorité de Matignon est de réduire la consommation de drogues, non de l’accompagner, voire de l’organiser ».

Le message est clair et sonne comme un désaveu pour la Ministre de la Santé.