L’asthme, première maladie chronique de l’enfant



asthmeAlors que l’activité des crises d’asthme est actuellement modérée en France (selon le bulletin épidémiologique Sentinelles/Inserm) se déroule aujourd’hui la 4eme journée mondiale de l’asthme. Organisée par l’Association Asthme & Allergies, cette journée met en avant cette année l’importance de l’éducation thérapeutique dont l’impact bénéfique n’est plus à démontrer. Aujourd’hui ils sont nombreux à ne pas en profiter car ils n’en connaissent tout simplement pas l’existence.

C’est d’ailleurs pourquoi le thème retenu pour cette 4eme journée est « Ecoles de l’Asthme : quand on y va, on a mieux ! ». A cette occasion une brochure a été tout spécialement éditée. Pour vous la procurer gratuitement, composez le Numéro vert « Asthme & Allergies Infos Service » le 0800 19 20 21.

Dans cette brochure vous trouverez toutes les réponses aux questions que vous vous posez peut-être sur l’éducation thérapeutique : ce que l’on croit connaître et ce que l’on attend; qui propose cette éducation et où se renseigner; quel est l’objectif d’une telle démarche ?….

Vous obtiendrez davantage d’informations sur le site de l’association Asthme et Allergie en cliquant ici

Cette journée est l’occasion pour nous de revenir sur la découverte d’une équipe de chercheurs du Centre de physiopathologie Toulouse Purpan (l’équipe de Lucette Pelletier et Jean-Charles Guéry, unité Inserm/UPS 563). En février dernier ces chercheurs indiquaient avoir réussi à cerner un mécanisme pouvant faire l’objet d’une application thérapeutique.

Comme vous le savez peut-être l’asthme et ses symptômes sont liés à une réaction excessive du système immunitaire, habituellement en charge de la défense de l’organisme. C’est en comprenant mieux la raison de ce dérèglement les chercheurs ont fait cette découverte.

Il faut savoir que allergies, qu’elles soient cutanées, alimentaires ou respiratoires sont provoquées par une réponse excessive du système immunitaire. Acteurs clefs et véritables chefs d’orchestre de cette réaction, les lymphocytes T. Dans le cas de l’asthme, c’est une certaine catégorie de lymphocytes T, les « Th2 » qui est impliquée [les « Th2 » sont normalement chargés de coordonner la réponse contre les parasites].

Les scientifiques de l’Inserm ont identifié un type de canaux calciques présent seulement dans ces fameux Th2 et dont l’activation est nécessaire aux fonctions de ces derniers. Ils se sont ensuite attachés à trouver une solution permettant de neutraliser de manière sélective ces canaux, afin de pouvoir traiter spécifiquement des maladies allergiques sans pour autant modifier le fonctionnement de l’ensemble du système immunitaire.

Pour y parvenir, les scientifiques ont introduit in vitro, dans des Th2, un brin d’ADN « dans des cellules douées de canaux calciques jouant un rôle majeur dans le système immunitaire » Cette séquence d’ADN courte, appelée « anti-sens » s’est avérée capable de diminuer de façon importante la quantité de canaux présents dans les Th2, des canaux responsables des maladies allergiques telles que l’asthme. A noter que le même ADN anti-sens administré in vivo par voie intranasale s’avère également très efficace chez la souris asthmatique.

Reste maintenant à appliquer cette thérapie chez l’homme.

L’asthme est la première maladie chronique de l’enfant et provoque encore 1 000 décès par an chez les moins de 65 ans (source asthme et allergies.org)

Situation de l’asthme en France  : Entre le 19 et le 25 avril, activité modérée des crises d’asthme en France avec une incidence de 27 cas pour 100 000 habitants.  Huit foyers d’activité régionale ont été notés, forte en Auvergne (99 cas pour 100 000 habitants), Franche-Comté (93), Aquitaine (64), Alsace (61) et Poitou-Charentes (56),  et modérée en Ile-de-France (33), Rhône-Alpes (27) et Limousin (21).

Laisser un commentaire