Quelques nouveautés médicales dans la hotte du Père Noël.



« Quelques nouveautés médicales dans la hotte du Père Noël » par le Docteur Erard de Hemricourt. A l’occasion de cette fin d’année, il m’a paru intéressant de revenir sur quelques innovations médicales qui ont, pour certaines d’entre elles, marqué l’année écoulée et qui ont retenu mon attention. J’ai eu par ailleurs l’opportunité d’en tester quelques unes ce qui, dans une certaine mesure, a motivé ma sélection.

1- AccuVein AV300 : Cet appareil au nom un peu barbare est le premier appareil portable du genre à permettre une visualisation directe du réseau veineux sous-cutané au moyen d’un faisceau de lumière infra-rouge. L’Accuvein AV300TM émet un rayonnement infra-rouge qui, une fois en contact avec la peau, permet de faire ‘ressortir’ le réseau veineux sous-cutané. En absorbant une partie du rayonnement infra-rouge, l’hémoglobine désoxygénée présente dans le sang veineux acquiert une teinte foncée. C’est justement cet aspect foncé qui, par comparaison avec le tissu environnant plus clair, va permettre de localiser plus facilement les accès veineux. Fini les souffrances occasionnées aux patients qui doivent subir les assauts parfois répétés du personnel médical lors des prises de sang ou de la pose de cathéters (VIDEO ICI)

2- Stéthoscope électronique : Depuis son invention par le Dr Laennec en 1816, il était temps que le stéthoscope se mette au goût du jour et s’adapte aux progrès technologiques. C’est chose faite avec l’arrivée ces dernières années de différents modèles électroniques dont deux récents appareils que j’ai pu testés : le Littmann 3100TM et le tout dernier 3200TM. Les avantages procurés par le modèle électronique sont avant tout l’amplification importante des sons et bruits cardiaques, pulmonaires ou autres. Ces modèles électroniques sont ensuite capables d’éliminer les sons extérieurs parasites afin d’accroître la qualité auditive de l’instrument (technologie de réduction du bruit extérieur à l’instar des casques HIFI de haute qualité). Il est également possible par une simple pression sur le bouton central, de modifier le type d’écoute (diaphragme ou cloche). Finalement, le dernier modèle – 3200 – permet via une connexion Bluetooth, de sauvegarder les sons directement sur ordinateur afin de pouvoir les réécouter ultérieurement

3- HeartScan : Le domaine médical n’échappe pas à la règle de la miniaturisation qui prévaut dans le domaine technologique. Au plus on avance dans le degré de sophistication des appareils, au plus on assiste à une réduction de la taille de ces derniers. Ce fut hier le cas pour les baladeurs, c’est le cas aujourd’hui pour les ordinateurs et autres gadgets électroniques et c’est également ce qui est en train de se produire pour certains instruments de diagnostic médical comme l’appareil d’électrocardiographie HeartScanTM de la marque OMRON. Cet instrument portable et très léger permet d’obtenir en quelques secondes à peine un tracé ECG basé sur une dérivation précordiale. Le principe en est très simple : il suffit de positionner le capteur principal de l’appareil sur la peau dans la région précordiale du patient et de tenir avec la main droite (du patient pour assurer le contact électrique) l’autre extrémité. Et quasi instantanément, le tracé ECG apparaît sur l’écran. Pour obtenir d’autres dérivations, il suffit de déplacer l’appareil sur le thorax. Evidemment, l’utilisation peut sembler difficile ou fastidieuse pour certains mais l’avantage énorme de cet instrument est l’acquisition instantanée du rythme et de la fréquence cardiaques lors d’un malaise ou en cas de douleurs thoraciques, que l’on se trouve au cabinet médical, au domicile du patient ou sur la voie publique.

4- Glucomètre – USB : Tout récemment, la firme Bayer a sorti un nouvel instrument de mesure de la glycémie qui a comme originalité d’être également une clé USB. Cet appareil permet d’évaluer le taux de glucose sanguin et de transférer directement par connexion USB les données dans un ordinateur (MAC ou PC) afin de pouvoir les analyser ultérieurement (profil glycémique) ou de les transmettre au médecin traitant. Petit luxe supplémentaire, cette clé possède également une mémoire de stockage de 500 Mb.

5- GE Vscan : Au moment de sa sortie il y a de cela quelques semaines, cet appareil a créé, comme on dit chez les geek, un buzz dans le milieu médico-technologique. En effet, il s’agit du tout premier appareil portable, de la taille d’une banal téléphone de poche, capable de réaliser des échographies avec la fonction Doppler-couleur. Cet appareil outre son degré de technicité, étonne surtout de par sa taille, très petite, qui permet au médecin de le prendre en poche et de réaliser quasi n’importe où (au pied du lit du patient ou à son domicile, …) des examens échographiques qui auraient demandé auparavant un outillage beaucoup plus lourd. Les premières évaluations de l’impact clinique du Vscan ont été démarrées en 2009 dans plusieurs pays européens.

6- Robolegs : A mon sens, l’une des inventions les plus incroyables de l’année : issue du Japon, le pays où le robot est roi. Ce prototype créé par la firme Honda permet via un système ingénieux associant informatique, robotique et mécanique, d’aider les gens à (re)marcher en leur apportant stabilité, soutien et appui. Cet appareil n’est pas commercialisé mais il annonce l’arrivée prochaine d’une série de machines qui pourront être utilisées non seulement par les personnes âgées mais aussi par les patients souffrant de maladies neurologiques (sclérose en plaques) ou musculaires (myopathies, dystrophies) afin de faciliter leur vie de tous les jours et de leur rendre leur mobilité perdue. (VIDEO ICI)

7- Morpho – Wellcare  : Voici un produit très intéressant qui, une fois n’est pas coutume, n’a rien à voir avec le monde de la technologie. Ce produit assez fabuleux, qui a été créé par une start-up belge, repose sur des caractéristiques chimiques particulières. Le MorphoTM est un adjuvant cryothérapeutique qui comme son nom l’indique est utilisé pour son action refroidissante. Ce qui étonne ici, c’est la durée de son effet refroidissant. En général, une durée d’action normale d’un sac réfrigéré n’excède pas la vingtaine de minutes. Ici, on ne compte plus en minutes mais en heures. Ce produit reste en effet froid pendant plus de 4h lorsqu’il est placé à température ambiante ou sur la peau ! Il est destiné à la prise en charge des douleurs arthrosiques et peut également être employé dans certaines situations d’hyperthermie (testé personnellement lors d’un marathon sur des coureurs en plein été).

8- GlucoTrack : Jusqu’à présent, pour mesurer la glycémie d’un patient, il fallait irrémédiablement le piquer pour obtenir une goutte de sang qui était ensuite analysée au moyen d’un glucomètre. Cette épreuve douloureuse pour certains ne sera bientôt plus qu’un vague souvenir du passé. Avec l’arrivée très prochaine du GlucoTrackTM sur le marché européen (mi-2010), les patients ne devront plus se soumettre au calvaire de l’aiguille. Le GlucoTrackTM est un système de mesure non invasif de la glycémie conçu par la société Integrity Applications qui repose sur la mesure transcutanée (au travers de la peau, en général le lobe de l’oreille) de différents paramètres sanguins comme la conductivité ou la capacité thermique. Cet instrument, à l’étude depuis plusieurs années, a donné des résultats fiables, reproductibles et comparables aux instruments de mesure classique : que du bonheur pour les patients diabétiques !

9- RhinoChill : Cet appareil repose sur deux constatations : tout d’abord, après un arrêt cardiaque, il est impératif de commencer directement les premiers gestes de réanimation. Il s’agit d’une course contre la montre car chaque minute perdue équivaut à une réduction d’environ 10-15% de chances de réanimation ! Ensuite, en cas d’arrêt cardiaque associé à une hypothermie importante, par exemple lors d’une noyade en eau glacée, il est parfois possible d’obtenir une récupération complète des facultés cérébrales, sans séquelles donc, même après une réanimation de (très) longue durée. Selon certaines données de la littérature médicale, le refroidissement rapide de la tête pendant une réanimation permettrait d’augmenter de manière importante les chances de survie sans séquelles cérébrales. Dans cette optique, des chercheurs américains ont imaginé un dispositif de refroidissement rapide du cerveau afin d’améliorer la survie des patients après arrêt cardiaque. Ce dispositif, le RhinoChillTM permet d’injecter rapidement un liquide refroidisseur sous forme de spray au moyen d’un cathéter nasal. Cela entraîne un refroidissement direct du cerveau et un ralentissement de son métabolisme. Le RhinoChillTM sera mis en vente en Europe au début de 2010.

10- Iphone : Comment terminer cet exposé en ne mentionnant pas l’Iphone qui a, à lui seul, profondément modifié les habitudes de nombreux d’entre nous. Un intérêt majeur de ce téléphone (et d’autres smartphones qui suivront bientôt) est la disponibilité de (très) nombreuses applications spécifiques. Tel est le cas pour le milieu médical où l’on ne compte plus les applications qui font référence soit à la radiologie, à la cardiologie ou à l’endocrinologie pour ne citer que ces quelques spécialités. D’après une étude récente, il existerait à l’heure actuelle plus de 500 applications différentes dédiées à la médecine et les applications médicales sur l’Iphone représenteraient la troisième catégorie la plus dynamique en termes de croissance. Citons au passage certaines applications qui permettent au médecin de se tenir au courant des dernières publications et études scientifiques, de garder sous le coude un atlas d’anatomie, un dictionnaire des termes médicaux, une encyclopédie des effets secondaires de divers médicaments. L’Iphone peut également être utilisé pour la lecture des clichés radiographiques ou pour mesurer, tel un goniomètre, l’angulation de certaines articulations. On le voit, l’Iphone en médecine n’est pas qu’un gadget et son usage médical pourrait prendre une place de plus en plus importante même pour les non-initiés.

Un commentaire

Laisser un commentaire