Les recommandations sanitaires en période de grand froid



DSC00461Depuis quelques jours déjà et après un automne particulièrement « doux » l’hiver s’est rappelé à notre bon souvenir. La neige a même fait son retour en plaine ce matin dans la région Toulousaine. Selon Météo France ce n’est « malheureusement » qu’un début puisque les températures devraient encore baisser au cours des prochains jours. L’occasion pour le Ministère de la Santé et la Direction Générale de la santé de rappeler quelles sont les principales mesures à adopter en cas de grand froid, notamment pour les populations vulnérables.

Il faut savoir que chaque année des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid :  gelures,  hypothermies. Mais le froid favorise aussi les crises d’asthme et les angines de poitrine (insuffisances coronarienne aiguë) ainsi que le développement d’infections broncho-pulmonaires. A cela s’ajoute, et on l’oubie trop souvent le risque accru d’intoxication par le monoxyde de carbone, première cause de mortalité par toxique en France.  Une femme enceinte en a été victime hier à Ponte-Leccia en Corse. Il est donc plus que jamais nécessaire de redoubler de vigilance.

Le risque est plus marqué chez :

* Les personnes âgées : La diminution de la perception du froid, l’altération des vaisseaux et de leur réactivité, la diminution de la masse musculaire rendent les personnes âgées vulnérables au froid.

* Les personnes âgées ayant des troubles cardiaques, une insuffisance respiratoire, une difficulté à faire face aux activités de la vie quotidienne ou souffrant de maladie d’Alzheimer ou apparentées sont encore plus à risque

* Les nouveau-nés et les nourrissons : leur capacité d’adaptation aux changements de température n’est pas aussi performante que celui d’un enfant ou d’un adulte pour lutter contre le froid. De plus, le tout petit n’a pas une activité physique spontanée suffisante pour se réchauffer et ne peut pas signaler qu’il a froid.

* Les personnes souffrant de certaines maladies : insuffisance cardiaque, angine de poitrine, insuffisance respiratoire, asthme, diabète, troubles neurologiques.

* Enfin, les personnes à mobilité réduite, les personnes en situation de grande précarité, les personnes non conscientes du danger.

Il est donc recommandé de limiter au maximum les activités extérieures lorsqu’il fait froid surtout si vous faites partie des personnes à risque.

Si vous devez tout de même sortir, il vous est recommandé d’adapter votre habillement : couvrez-vous la tête car c’est une partie du corps où peut se produire jusqu’à 30% de déperdition de chaleur; pensez à vous munir d’un cache-nez pour recouvrir le bas du visage et particulièrement la bouche;  évitez de vous découvrir les mains même momentanément et habillez-vous très chaudement.

Dans les maisons il est notamment recommandé de vérifier les installations de ventilation et de chauffage, de ne pas obstruer les bouches d’aération et d’aérer quotidiennement l’habitation.

Un dispositif « spécial grand froid » a été mis en place par les autorités et précise les actions à mettre en œuvre pour prévenir et faire face aux conséquences sanitaires propres à la période hivernale. Ce texte précise les grandes orientations en matière de prévention, de prise en charge médico-sociale, d’organisation et de permanence des soins, et de communication. Les mesures d’intervention adaptées du dispositif sont toutefois déterminées par le préfet de chaque département, au regard notamment de la situation locale, des conditions météorologiques et des besoins des populations vulnérables.

Pour plus d’informations consultez le dossier spécial « grand froid » du Ministère de la Santé consultable ici

photo DR Neige en Provence – Janvier 2009 – Avec l’aimable autorisation de Josette Carles

Laisser un commentaire